— Publié le 3 février 2021

Pas d’appel contre la Russie

AMA

Déçue mais résignée. Tel est, en substance, le message délivré mardi 2 février par l’Agence mondiale antidopage (AMA) pour annoncer sa décision de ne pas faire appel de la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de réduire à deux ans la suspension de la Russie. L’instance basée à Montréal réclamait une sanction plus lourde, une exclusion de quatre ans, après la découverte de manipulations dans les données extraites du laboratoire antidopage de Moscou. En décembre dernier, le TAS avait tranché pour une suspension de deux ans. Dans un communiqué publié mardi 2 février, l’AMA se dit “déçue que le TAS, sur la base de son propre examen de la proportionnalité, n’ait pas accepté toutes les conséquences que l’Agence avait proposées pour une durée de quatre ans.” Mais elle explique préférer renoncer à faire appel devant le Tribunal fédéral suisse, après avoir consulté ses conseillers juridiques internes et externes. Selon eux, un appel n’aurait eu aucune utilité. Le mois dernier, la Russie avait déjà annoncé ne pas vouloir faire appel de la décision du TAS. L’affaire est close. Sa suspension de deux ans prendra donc fin en décembre 2022.