— Publié le 4 avril 2022

Les Olympiens se démarquent du CIO

WOA

Surprise. A la différence de la grande majorité des fédérations internationales, l’Association mondiale des olympiens (WOA) se démarque de la recommandation du CIO de bannir les athlètes russes et biélorusses en réaction à l’invasion de l’Ukraine. Son comité exécutif, réuni très récemment pour discuter de la question ukrainienne et de ses conséquences, a rappelé que “le droit des olympiens et des athlètes à participer en tant qu’individu à des événements sportifs devait être défendu et promu“. L’organisation présidée par le Français Joël Bouzou s’appuie sur les règles de la Charte olympique selon lesquelles la pratique du sport ne doit pas faire l’objet de discrimination, y compris sur la base de “la race, la couleur, le sexe, l’orientation sexuelle, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la propriété, la naissance ou tout autre statut“. Le comité exécutif de la WOA rappelle également que ses membres se sont engagés, lors d’un forum organisé en 2015, à “s’opposer à toute ingérence politique ou gouvernementale dans l’autonomie des organisations sportives, susceptible d’empêcher un athlète d’exercer son droit de participer aux Jeux olympiques ou à d’autres événements sportifs majeurs.” En clair, il n’est pas question pour la WOA d’appeler à bannir des athlètes en raison de leur nationalité. A l’inverse, l’organisation insiste : la décision de participer ou non à une compétition doit revenir à chaque individu, sur la base des principes fondamentaux de la Charte olympique.