— Publié le 1 juin 2021

Les médias, facteur de risques

Tokyo 2020

Tokyo 2020

Le ciel est en train de s’éclaircir au Japon pour les organisateurs des Jeux de Tokyo. A moins de deux mois de l’ouverture, le comité d’organisation aurait sécurisé environ 80% du personnel médical nécessaire à la bonne tenue de l’événement. Toshiaki Endo, le vice-président du comité d’organisation, l’a expliqué à l’agence Reuters, précisant que le nombre de médecins, infirmières et autre personnel médical avait été réduit d’un tiers par rapport aux prévisions initiales, établies à environ 10 000 personnes. Toujours selon Toshiaki Endo, les organisateurs ont prévu de travailler avec 10 hôpitaux à Tokyo et 20 en dehors de la ville pour répondre aux urgences. Interrogé sur la présence de spectateurs dans les sites de compétition, le dirigeant japonais s’est montré très évasif. “J’avais personnellement pensé que nous devrions rapidement décider d’organiser les Jeux sans spectateurs pour rassurer tout le monde, a-t-il confié à Reuters. Mais les athlètes veulent être encouragés par le public. C’est pourquoi, si possible, nous aimerions autoriser les spectateurs… Mais, selon la situation, nous devons également envisager une option sans public.” Pour le vice-président du comité d’organisation, la principale menace pour la sécurité sanitaire des Jeux de Tokyo pourrait venir des médias. “Ils seront soumis à un contrôle strict de leurs déplacements, et nous nous sentirions en sécurité s’ils respectaient ces règles, a reconnu le Japonais. Mais nous ne pourrons pas suivre les personnes les unes après les autres. Nous n’aurons pas d’autre choix que leur faire confiance.”