— Publié le 20 juillet 2021

Le président sud-coréen renonce à son tour

Tokyo 2020

La Chine ne sera pas le seul grand pays asiatique à ne pas envoyer un chef d’Etat ou de gouvernement à la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo, vendredi 23 juillet. La Corée du Sud a décidé à son tour de mettre profil bas. Le président Moon Jae-in (photo ci-dessus, avec Thomas Bach) ne se rendra finalement pas au Japon à l’occasion des Jeux de Tokyo. Il sera remplacé à la cérémonie d’ouverture par le ministre des Sports, Hwang Hee. Tout avait pourtant été prévu et organisé pour que Moon Jae-in fasse le voyage à Tokyo, où il devait rencontrer le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, pour un entretien privé. La visite du président sud-coréen devait être sa première au Japon depuis plus de deux ans. Aucune raison n’a été donnée par Séoul pour expliquer le renoncement du président sud-coréen, sinon que la décision a été prise pour “diverses raisons“, notamment diplomatiques. A la mi-juillet, le régime chinois a annoncé que la délégation olympique ne serait pas conduite par le chef de l’Etat, Xi Jinping, mais par une vice-présidente.