— Publié le 3 janvier 2020

Le défi de l’accessibilité

Tokyo 2020

Le temps presse à Tokyo. A 235 jours de l’ouverture des Jeux paralympiques (25 août au 6 septembre 2020), les organisateurs japonais restent confrontés à un défi de taille : l’accessibilité. L’agence Kyodo News révèle avoir réalisé en juin et juillet dernier une enquête d’opinion sur la perception du handicap dans la société japonaise et l’accessibilité dans les transports publics. Deux personnes interrogées sur trois déclarent ne pas avoir constaté la moindre amélioration sur ces questions depuis l’année 2013, lorsque le CIO a désigné Tokyo comme ville-hôte des Jeux d’été en 2020. Le sondage avait ciblé des personnes en situation de handicap. Au total, 564 Japonais ont répondu à l’enquête. Kyodo News a mené une autre enquête, entre juin et août 2019, auprès des athlètes handisport. Ils ont été 98, sur les 175 interrogés, à répondre que l’accessibilité dans les lieux publics et les transports en commun devait être améliorée. Au Japon, un texte de loi entré en vigueur en septembre 2019 prévoit que les hôtels et auberges nouvellement construits ou rénovés d’une superficie totale d’au moins 2 000 mètres carrés et comptant un minimum de 50 chambres doivent rendre au moins 1% de leurs chambres accessible aux personnes en fauteuil roulant. Dans un hôtel de 100 chambres, une seule devrait donc être accessible. Dans les transports, les travaux de mise en conformité s’accélèrent. Un quai plus accessible et des ascenseurs sont en cours d’installation à la station de métro de Sendagaya, dans le quartier de Shibuya, proche du gymnase métropolitain de Tokyo. A la gare de Tatsumi, dans le quartier de Koto, à proximité du futur centre aquatique, un nouvel ascenseur d’une capacité de 20 passagers a été récemment mis en service.