— Publié le 3 août 2021

Le CIO a lancé une enquête sur la Biélorussie

Tokyo 2020

Le feuilleton Krystsina Tsimanouskaya se poursuit aux Jeux de Tokyo. Mais il se joue désormais sans la principale intéressée. Le CIO a annoncé ce mardi 3 août avoir lancé une enquête sur le cas de la jeune sprinteuse biélorusse, forcée de quitter les Jeux avant la fin de sa compétition pour avoir ouvertement critiqué la gestion de l’équipe nationale. Le porte-parole de l’instance, Mark Adams, a déclaré lors d’un point presse attendre pour les heures à venir un rapport sur l’affaire de la part du Comité olympique biélorusse. Selon Mark Adams, le CIO a demandé à entendre toutes les personnes impliquées. “Nous voulons aller au fond des choses“, a-t-il ajouté, précisant que la conclusion de l’enquête prendrait certainement du temps. Marks Adams a expliqué que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés avait exprimé son soutien à Krystsina Tsimanouskaya. La jeune athlète se trouve actuellement à l’ambassade de Pologne à Tokyo, où elle devrait recevoir un visa humanitaire des autorités polonaises. Elle doit se rendre dans son nouveau pays au cours des prochains jours, sans doute dès mercredi 4 août. Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a dénoncé sur Twitter l’attitude du régime biélorusse à l’égard de son athlète. “Le régime de Lukashenko cherché à commettre un nouvel acte de répression. De telles actions violent l’esprit olympique, elles sont un affront aux droits fondamentaux et ne peuvent être tolérées“, a-t-il écrit sur son compte personnel.