— Publié le 18 octobre 2021

La commission exécutive veut une consultation sur le Mondial de football

CIO

World Cup

Réunie à Athènes, en Grèce, en marge de la cérémonie d’allumage de la flamme des Jeux d’hiver de Pékin 2022, la commission exécutive n’a pas écarté de ses discussions le dossier du moment dans le mouvement sportif : le projet de la FIFA d’un Mondial de football une année sur deux. L’instance olympique explique en “prendre note”, la moindre des choses face à un scénario qui placerait la Coupe du Monde en concurrence avec les Jeux d’été. Surtout, sa commission exécutive explique “partager les préoccupations” des nombreux acteurs du mouvement sportif, dont des fédérations internationales, des clubs et associations de joueurs de football. Elle relève que “l’augmentation de la fréquence et les dates de tenue de la Coupe du Monde créeraient un conflit avec d’autres grands événements sportifs internationaux, notamment en tennis, en cyclisme, en golf, en gymnastique, en natation, en athlétisme et en Formule 1.” Elle pointe que “l’augmentation des événements masculins dans le calendrier sportif constituerait un défi pour la poursuite de la promotion du football féminin.” Enfin, la commission exécutive du CIO suggère que “la multiplication par deux de la fréquence de la Coupe du Monde créerait une pression supplémentaire importante sur la santé physique et mentale des joueurs.” Pas question, pour autant, de se déclarer ouvertement hostile au projet préparé par Arsène Wenger et porté par Gianni Infantino. Prudent, le CIO explique “soutenir les appels des parties prenantes du football, des Fédérations Internationales de sports et des organisateurs de grands événements en faveur d’une consultation plus large, y compris avec les représentants des athlètes, laquelle n’a manifestement pas eu lieu.”