— Publié le 24 janvier 2023

Karen Khachanov fâche l’Azerbaïdjan

Tennis

Polémique à Melbourne. Le joueur russe Karen Khachanov, toujours en course dans le tableau du simple messieurs de l’Open d’Australie (il affronte l’Américain Sebastian Korda ce mardi 24 janvier en quart-de-finale), a provoqué un sérieux incident diplomatique avec l’Azerbaïdjan. En cause, ses messages successifs de soutien au Haut-Karabakh, une région principalement peuplée d’Arméniens, devenue indépendante de l’Azerbaïdjan en 1988. Depuis, elle est l’objet de fréquentes disputes entre Erevan et Bakou. En fin de semaine passée, Karen Khachanov a profité de la traditionnelle séquence du message d’après-match écrit sur l’objectif d’une caméra sur le court, après sa victoire contre l’Américain Frances Tiafoe, pour exprimer son soutien à la communauté arménienne de la région. “Artsakh, reste fort ! !!“, a-t-il écrit au feutre. Le Russe d’origine arménienne a récidivé après son succès contre le Japonais Yoshihito Nishioka. “Continuez à croire et à vous battre jusqu’à la fin. Artsakh reste fort !“, a-t-il rédigé. Sans surprise, la Fédération de tennis d’Azerbaïdjan n’est pas restée sans réaction. Elle a expliqué sur son site Internet avoir envoyé une lettre officielle de protestation à la Fédération internationale de tennis (ITF). “La lettre fournit des faits et des documents juridiques relatifs à l’attaque contre notre pays, explique l’instance nationale. La Fédération azerbaïdjanaise de tennis a demandé des mesures plus sévères pour punir le joueur et éviter de tels incidents à l’avenir. Nous espérons que la question trouvera rapidement une solution objective“. Un autre communiqué publié au cours du dernier weekend assure que le président de la fédération d’Azerbaïdjan, Ogtay Asadov, s’est entretenu avec son homologue russe, Shamil Tarpischev (par ailleurs membre du CIO). “En tant que Fédération azerbaïdjanaise de tennis, nous espérons que ces attaques ne se reproduiront plus jamais, et nous attendons que Karen Khachanov soit puni pour ces actions“, insiste le communiqué.