— Publié le 29 juin 2020

John Carlos rejoint le mouvement

Etats-Unis

La mobilisation continue aux Etats-Unis pour pousser le CIO à abolir, ou au moins assouplir, la règle 50 de la Charte olympique sur l’interdiction d’exprimer une opinion politique, raciale ou religieuse aux Jeux. La commission des athlètes du comité olympique américain (USOPC) a publié une lettre appelant à une réforme. Elle est notamment signée par John Carlos, passé à la postérité pour avoir levé le poing, avec son compatriote Tommie Smith, sur le podium du 200 m aux Jeux de Mexico en 1968. “Les athlètes ne seront plus réduits au silence, peut-on lire dans cette tribune. Nous sommes maintenant à la croisée des chemins. Le CIO et l’IPC ne peuvent pas continuer à punir ou à éliminer les athlètes qui défendent leurs convictions, surtout lorsque ces convictions illustrent les objectifs de l’Olympisme. Le mouvement olympique et paralympique honore simultanément des athlètes comme John Carlos et Tommie Smith, tout en interdisant aux athlètes actuels de suivre leurs traces.” La commission des athlètes de l’USOPC demande au CIO de prévoir une nouvelle structure qui permette la liberté d’expression sur les questions de droits de l’homme. Elle appelle également les instances sportives à une “collaboration transparente” avec les athlètes et leurs représentants.