— Publié le 13 mars 2020

Inquiétudes et attentes autour du Rodchenkov Act

Dopage

L’épidémie de coronavirus n’est pas le seul sujet de préoccupation des institutions du mouvement olympique à l’amorce du printemps. L’adoption aux Etats-Unis d’un projet de loi sur le dopage, baptisé Rodchenkov Act en référence au lanceur d’alerte russe, ancien directeur du laboratoire de Moscou, ne laisse pas l’AMA et le CIO indifférents. Pour rappel, le projet prévoit de permettre à la justice américaine de poursuivre toutes les personnes, de quelque nationalité qu’elles soient, impliquées dans un système international de dopage (sous la condition que des athlètes ou des intérêts économiques américains soient concernés). La justice serait même habilitée à leur infliger des peines d’emprisonnement. Déjà validé par la Chambre des Représentants, le Rodchenkov Act doit encore être examiné par le Sénat américain dans son ensemble, pour devenir une loi à part entière et entrer en vigueur. L’AMA a réagi jeudi 12 mars via un communiqué. Elle explique continuer “à travailler avec les autorités américaines pour leur fournir des informations et expliquer les réserves que partagent un certain nombre de gouvernements, d’organisations sportives et d’organisations antidopage. Quelques éléments du projet de loi peuvent saper la capacité de l’AMA à accomplir sa mission de régulateur global de l’antidopage. Le projet de loi, sous sa forme actuelle, pourrait faire se chevaucher plusieurs lois et compromettre l’application d’une même règle pour tous les athlètes, tous les sports et toutes les organisations antidopage signataires du code mondial antidopage. L’harmonisation des règles est au cœur même du code. Le Rodchenkov Act va également compromettre l’apport des lanceurs d’alerte en les exposant à de multiples juridictions et en empêchant les accords d’aide substantielle (une réduction de peine en cas de collaboration à l’enquête). Cela va sérieusement compromettre notre capacité à mener des enquêtes. Une autre conséquence pourrait être l’émergence d’autres juridictions extraterritoriales partout dans le monde. Utilisées de façon détournée, elles pourraient par exemple discriminer des athlètes de certaines nationalités.” Le CIO s’est fendu lui aussi d’un communiqué sur le projet de loi américain. Mais le ton y est nettement moins critique et alarmiste. Au contraire, l’institution olympique déclare “saluer le fait que le projet de loi se concentre sur l’entourage des athlètes. Cela est tout à fait conforme à la politique du CIO, car nous constatons qu’un réseau secret autour de l’athlète est impliqué dans la plupart des cas de dopage.” Mais le CIO précise : “Nous espérons également que la question de la compétence extraterritoriale, que le projet de loi attribue aux autorités américaines, sera abordée au cours de la procédure législative en cours. Cela devrait se faire de manière à garantir une approche harmonisée au niveau mondial. C’est essentiel pour une lutte efficace contre le dopage.”