— Publié le 10 septembre 2021

Dix ans de suspension pour un judoka algérien

Judo

La sanction est tombée. Lourde mais sans surprise. La Fédération internationale de judo (IJF) a infligé au judoka algérien Fethi Nourine, et à son entraîneur Amar Benikhlef, une suspension de 10 ans chacun de toutes les compétitions, nationales ou internationales. Selon le communiqué de l’IJF, les deux hommes sont accusés d’infraction aux règles de le Charte olympique. Il est reproché au judoka algérien d’avoir refusé de d’affronter un adversaire israélien lors du tournoi des Jeux de Tokyo. Fethi Nourine n’en a pas fait mystère : il s’attendait à être lourdement sanctionné et s’était préparé à ne plus jamais pouvoir combattre en compétition. Mais l’Algérien s’est montré plutôt offensif face aux médias au moment de réagir à la décision de l’IJF. “Je m’attendais à une telle sanction, a-t-il expliqué. Les instances internationales du judo m’ont sacrifié pour faire peur aux autres athlètes afin que ça ne se reproduise plus. Le malheur est que la Fédération algérienne de judo ne m’a pas apporté son soutien. Ses responsables ont préféré soutenir la Fédération internationale.” De son côté, le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, a qualifié la sanction infligée au judoka et à son entraîneur de “très injuste”, avant de préciser avoir demandé au président du comité olympique algérien d’engager des procédures pour tenter d’alléger la suspension.