— Publié le 19 mai 2022

Cheikh Salman veut encore rempiler

Football

Hasard ou pas ? Quelques jours seulement après avoir exprimé son soutien à Gianni Infantino pour sa réélection à la tête de la FIFA, le président de la Confédération asiatique de football (AFC) a dévoilé à son tour ses ambitions. Cheikh Salman bin Ebrahim Al Khalifa, 56 ans, le dirigeant du Bahreïn, a annoncé mercredi 18 mai sa candidature pour un troisième mandat. Aux commandes de l’instance continentale depuis 2013, il se présentera une troisième fois devant les électeurs lors du prochain congrès, justement prévu dans son pays en février 2023. Candidat malheureux à la présidence de la FIFA en 2016 lors de la prise de pouvoir de Gianni Infantino, Cheikh Salman avait succédé trois ans plus tôt au Qatari Mohamed ben Hammam, banni à vie du football à la suite d’accusations de corruption et de conflits d’intérêts. Après avoir terminé les deux années de mandat de son prédécesseur, il avait été élu puis réélu sans opposition en 2015 et 2019. “J’espère obtenir à nouveau votre confiance et votre soutien pour un nouveau mandat en tant que président de l’AFC“, a-t-il déclaré mercredi 18 mai lors d’un congrès virtuel. L’AFC compte 47 pays membres sur les 211 affiliés à la FIFA. Cheikh Salma l’a assuré la semaine passée : le continent asiatique se rangera dans le camp de Gianni Infantino lors du prochain congrès électif de l’instance, où l’Italo-Suisse postulera à un troisième mandat consécutif.