— Publié le 7 décembre 2022

Brigitte Henriques retrouve son fauteuil

France

Une parenthèse refermée ? Le Comité olympique français (CNOSF) l’a annoncé mardi 6 décembre via un communiqué : sa présidente Brigitte Henriques (photo ci-dessus) revient aux affaires. En retrait de l’instance depuis près de deux mois, après un burn-out consécutif à la destitution du secrétaire général, Didier Seminet, elle retrouve dès cette semaine son bureau et ses prérogatives. “Après avoir observé pendant quelques semaines un temps de repos et s’être appuyée sur un quatuor d’élus qui ont assuré une gouvernance opérationnelle, Brigitte Henriques reprend pleinement cette semaine les missions liées à la Présidence du Comité national olympique et sportif français, explique le communiqué du CNOSF. Elle sera notamment présente sur les différentes séquences institutionnelles du mois de décembre, dont ce jeudi 8 décembre lors de la réunion d’informations et d’échanges avec les représentants des 109 fédérations et membres du CNOSF.” Son retour était plutôt annoncé pour le mois de janvier. Mais en reprenant sa place dès ce mois de décembre, Brigitte Henriques entend signifier au mouvement sportif français qu’elle reste la patronne. Et, surtout, qu’elle est déterminée à aller au bout de son mandat. La date de son retour n’est pas anecdotique. D’ici la fin de l’année, la présidente du CNOSF participera notamment au conseil d’administration du COJO Paris 2024, lundi 12 décembre, avant de présider les réunions du bureau exécutif et du conseil d’administration du CNOSF les 13 et 15 décembre à la Maison du sport français. Pour rappel, Brigitte Henriques avait laissé, pendant sa période de repos, la gestion opérationnelle de l’instance à un quatuor composé de trois élus – Michel Callot, Jean-Pierre Siutat et Sébastien Poirier – et de la nouvelle secrétaire générale, l’ancienne escrimeuse Astrid Guyart.