— Publié le 30 juin 2021

Brigitte Henriques entre dans l’histoire

France

Historique. Pour la première fois depuis la création de l’instance, une femme présidera le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Brigitte Henriques, 50 ans, ancienne joueuse internationale de football, actuelle vice-présidente de la Fédération française de football (FFF), a été élue mardi 29 juin lors de l’assemblée générale annuelle. Elle a largement devancé ses trois rivaux, au terme d’un scrutin moins serré que prévu. Brigitte Henriques l’a emporté dès le premier tour, avec 57,87 % des suffrages exprimés. Elle a devancé Thierry Rey, le champion olympique de  judo en 1980, conseiller spécial du COJO Paris 2024 (19,26 %), Emmanuelle Bonnet-Oulaldj, coprésidente de la Fédération sportive et gymnique du travail (16,05 %), et Patrice Martin, le président de la Fédération française de ski nautique et de wakeboard (6,82 %). Brigitte Henriques succède à Denis Masseglia, 73 ans, atteint par la limite d’âge après douze ans d’exercice. Elle devient la cinquième présidente du CNOSF et la neuvième de l’institution olympique depuis la fondation du premier Comité olympique français en 1894. Dans son programme de campagne, elle avait annoncé vouloir veiller à la « sortie de la crise sanitaire » en ramenant les licenciés perdus par les fédérations depuis le début de la pandémie, assurer « la réussite des Jeux de Paris 2024 » et faire en sorte que le CNOSF pèse « en tant qu’acteur politique » dans le débat public. “Dès maintenant, je suis au service de tous les sports, de toutes les fédérations, de tous les membres du CNOSF, dans une approche d’ouverture et de transparence, a-t-elle déclaré après l’annonce de sa victoire. Cette démarche collective sera l’ADN de ma gouvernance partagée. Je souhaite dédier cette victoire à toutes les femmes, à toutes celles qui m’ont inspiré et accompagné. Pour qu’elles osent candidater et accéder à des postes à responsabilité. Et à tous les hommes qui m’ont porté tout au long de mon parcours, en premier lieu Noël Le Graet (le président de la FFF) et Denis Masseglia, qui m’ont fait confiance toutes ces années.” Parmi ses priorités, Brigitte Henriques a annoncé vouloir rencontrer sans tarder le président de la FIFA, Gianni Infantino, afin d’obtenir que le tournoi olympique de football figure au calendrier international. Il n’y est pas inscrit actuellement, autorisant ainsi les clubs à refuser de libérer leurs joueurs.