— Publié le 22 septembre 2020

L’étau se resserre autour de Papa Massata Diack

Tokyo 2020

Mauvais timing. Au moment où Papa Massata Diack évoque une « farce » et un « déni de justice » à propos du procès de la corruption dans l’athlétisme dont le verdict a été rendu la semaine passée à Paris, l’agence Kyodo News remet le nom du fils de Lamine Diack dans l’actualité des affaires. Mais, cette fois, les révélations concernent les Jeux de Tokyo 2020. Selon des documents financiers dont l’agence japonaise a eu connaissance, Papa Massata Diack aurait reçu environ 370 000 dollars de la société Black Tidings, dont les services ont été utilisés par Tokyo 2020 pendant la campagne de candidature. La société en question, basée à Singapour mais aujourd’hui dissoute, a reçu la somme totale de 230 millions de yens, soit environ 2 millions de dollars, du comité de candidature japonais. L’argent a été versé sur son compte à Singapour entre juillet et octobre 2013. Selon les documents révélés par Kyodo News, Black Tidings aurait transféré plus de 150 000 dollars sur le compte personnel de Papa Massata Diack, dont 35 000 dollars dans une banque russe en août et novembre 2013. Le Sénégalais aurait également reçu en novembre et décembre 2013 quatre versements de Black Tidings sur sa propre société, PMD Consulting, pour un montant total de 217 000 dollars. Les virements ont été découverts lors d’une enquête menée conjointement par le Consortium international des journalistes d’investigation, BuzzFeed News, l’Asahi Shimbun, Kyodo News et Radio France, à partir de rapports d’activités financières conservés par le département du Trésor américain et les autorités françaises. Interrogé par Kyodo News, Papa Massata Diack a évidemment nié toute malversation. Il a expliqué que l’argent reçu concernait un « accord de partenariat conclu en Chine », mais sans en préciser la nature, et assuré que les transactions n’avaient « rien à voir avec les Jeux olympiques de Tokyo. » Condamné la semaine passée à 5 ans de prison ferme et un million d’euros d’amende par la justice française pour son rôle dans le scandale de corruption dans l’athlétisme mondial, Papa Massata Diack est également poursuivi pour des soupçons d’achat de voix lors de la campagne de candidature aux Jeux d’été en 2020.