— Publié le 6 mars 2020

Le Maroc et le Nigéria en tête de liste

Dopage

Pas de doute : l’Afrique est dans le collimateur de l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU). Elle a annoncé jeudi 5 mars avoir ajouté deux nouveaux noms à sa liste des pays présentant le plus haut risque de dopage. Ils sont tous les deux africains. Le Maroc et le Nigéria figurent désormais dans la catégorie A, au même titre que le Bahreïn, la Biélorussie, l’Éthiopie, le Kenya et l’Ukraine. L’AIU l’explique dans un communiqué : “En 2019, le Nigéria a échoué à se conformer à ses obligations en tant que pays classifié B. Cette situation très sérieuse a motivé la décision du Conseil de l’AIU de placer le Nigéria en catégorie A. Malgré des efforts significatifs de la Fédération marocaine pour mettre en place un programme national antidopage, plusieurs problèmes au niveau national n’ont pas été traités. La menace du dopage au Maroc reste importante et l’AIU estime que le pays doit en faire plus face à cette menace, avec l’aide des autorités marocaines.” A moins de 5 mois des Jeux de Tokyo, le changement de statut de ces deux nations africaines n’est pas sans conséquence. Les pays classés en catégorie A sont soumis à des obligations plus strictes en matière de lutte antidopage. Ils doivent notamment démontrer que leurs sélectionnés olympiques ont subi au moins trois tests antidopage inopinés au cours des 10 mois avant les Jeux de 2020.