— Publié le 27 septembre 2022

L’Aube, un département résolument olympique

Les territoires se prennent aux Jeux Focus

  1. A moins de deux ans de l’ouverture des Jeux de Paris 2024, la mobilisation des communes et territoires français pour être Centres de préparation aux Jeux (CPJ) prend encore de la vitesse. Le COJO a constitué un catalogue de 560 sites d’entraînement. II est proposé aux comités nationaux olympiques, dont la prochaine assemblée générale doit se tenir au mois d’octobre (19 au 21) à Séoul, en Corée du Sud.
  2. Situé à moins de deux heures de Paris, le département de l’Aube ne manque pas d’atouts. FrancsJeux a interrogé Philippe Pichery, le président du Conseil départemental.

FrancsJeux : Quelle est, dans le détail, votre offre de CPJ  ?

Philippe Pichery : L’Aube dispose de 12 infrastructures sportives labellisées CPJ. La CIME, à Troyes, est un complexe international multisport, dédié à l’escalade, au badminton, au basketball, à la boccia, au handball, au tennis de table et au volleyball (photo ci-dessus). Egalement à Troyes, une piste de BMX ; la salle omnisports pour l’haltérophilie, le breaking, la gymnastique artistique, le judo et le  taekwondo ; le stade Pierre Voillequin pour l’athlétisme et le triathlon ; la piscine des Chartreux (natation, triathlon et water-polo ; la salle d’armes Jacques Diot et André Keslick pour l’escrime ; le Cosec André Père pour le breaking ; et enfin la halle de gymnastique artistique et rythmique. A St-Julien-les-Villas, le gymnase Fernand Ganne est CPJ pour le basketball, le handball et le volleyball. A Mathaux, la base nautique a été sélectionnée pour l’aviron, le canoë-kayak course en ligne, le para-aviron et le para-canöe. Le complexe sportif de Romilly-sur-Seine est utilisé pour l’athlétisme. A Nogent-sur-Seine, la salle des sports peut servir à toutes les disciplines des sports de combat. L’ensemble de ces équipements est accessible PMR et adapté à la pratique du parasport. L’Aube bénéficie également, à Troyes, d’un centre sportif doté de toutes les commodités (80 chambres dont 36 PMR, soit 200 lits, restauration, salles de projection,…) situé au cœur d’un mini village olympique, à proximité directe des équipements sportifs ainsi que d’un institut de médecine du sport et d’un hôpital.

Quels sont les atouts de ces équipements et du département de l’Aube ?

L’Aube présente de multiples atouts. La plupart des infrastructures sportives sont neuves, les autres ayant été rénovées en vue des Jeux de Paris 2024. Les athlètes pourront donc bénéficier d’installations de très haut niveau. Outre la diversité et la qualité de ces infrastructures sportives, l’Aube est un département situé à moins de deux heures de Paris, facile d’accès, calme et verdoyant. Il est depuis toujours une terre d’accueil multiculturelle.

  1. Comment prévoyez-vous d’accompagner l’accueil de délégations étrangères avant les Jeux de Paris 2024 ?

Dès leur arrivée sur notre territoire, elles seront prises en charge de façon optimale sur le plan sportif et extra sportif. Nous serons à leur service durant leur séjour, avec un accompagnement personnalisé et privilégié, pour répondre à leurs besoins. Nous sommes en mesure de leur proposer de nombreuses activités et de leur faire découvrir les charmes et les plaisirs de l’Aube, qu’ils soient ludiques, culturels ou gastronomiques (visite des caves de Champagne, des lacs de la forêt d’Orient, du cœur historique de Troyes…). Nous tenons à impliquer la population dans ce grand événement et vivre l’accueil des délégations étrangères comme une fête : décoration aux couleurs du pays concerné, rencontre avec les publics scolaires, le mouvement sportif, mais en respectant bien évidemment l’intimité et le calme nécessaires à leur préparation. L’Aube est un territoire résolument motivé et engagé pour Paris 2024. Dès la désignation de la France comme pays hôte des Jeux en 2024, le département s’est mobilisé avec les collectivités, les représentants des clubs et des comités sportifs pour rassembler, fédérer et unir les Aubois autour de l’évènement. Cet élan collectif, tourné vers le sport de haut niveau, favorise également le développement de la pratique sportive pour tous. Depuis 2017, nous multiplions les événements organisés dans le cadre de notre label Terre de Jeux 2024. Et nous aurons le plaisir d’accueillir la flamme olympique au mois de juin ou juillet 2024 en tant que département étape du relais.

Quel impact/héritage pourrait avoir l’accueil de délégations étrangères, au-delà des Jeux, pour le département ?

Nous avons profité de cet évènement sportif majeur pour engager aux côtés des collectivités la construction et la rénovation de nombreux équipements sportifs. Ils serviront à l’ensemble de la population avant, pendant et après les Jeux. L’accueil de sportifs de haut niveau doit nous permettre d’insuffler un nouvel élan pour inciter chacun à pratiquer une activité physique. De plus, ces infrastructures pourront nous permettre d’organiser des compétitions nationales et internationales.

Quels types de délégations ambitionnez-vous de recevoir ?

 Toutes les délégations qui feront le choix de l’Aube pour préparer Paris 2024 dans les meilleures conditions seront les bienvenues.