— Publié le 17 février 2022

Martin Fourcade, un nouveau destin olympique

Événements Focus

Le mouvement sportif français peut se réjouir : il n’aura pas été absent longtemps de la commission des athlètes du CIO. Tony Estanguet, le triple médaillé d’or olympique en canoë-kayak, actuel président du COJO Paris 2024, en est parti en août dernier, au soir de la cérémonie de clôture des Jeux de Tokyo, au terme d’un mandat de huit ans rallongé d’une année en raison de la crise sanitaire. Mais un autre multi-médaillé aux Jeux lui succèdera en toute fin de semaine.

Martin Fourcade, quintuple champion olympique de biathlon, est sorti en tête des suffrages lors de l’élection à la commission des athlètes, organisée en marge du rendez-vous olympique de Pékin 2022. Le Français deviendra officiellement membre du CIO au soir du dimanche 20 février, à la cérémonie de clôture, pour un mandat de huit ans.

Avec 971 voix, soit plus de 40% des suffrages exprimés (42,1%), Martin Fourcade a dominé la concurrence. Deux places étaient en jeu pour siéger à la commission des athlètes du CIO. L’autre élue est une skieuse suédoise, Frida Hansdotter, 36 ans, championne olympique de slalom aux Jeux de PyeongChang 2018. Elle a obtenu 694 voix.

Preuve de l’attractivité de l’instance olympique auprès des premiers intéressés, les athlètes, l’élection avait rassemblé 16 candidats, pour seulement deux sièges à pourvoir. Ils étaient issus de 16 pays différents, sur les cinq continents, et représentaient cinq sports d’hiver et neuf disciplines (ski alpin, ski de fond, saut à ski, luge, biathlon, bobsleigh, hockey sur glace, patinage de vitesse et snowboard).

L’élection a été organisée entre le 27 janvier et le 16 février 2022 à 14 h en heure locale. Elle s’est tenue dans les trois villages des athlètes, à Pékin, Yanqing et Zhangjiakou. Le scrutin a atteint des sommets de participation, avec 2 307 votants sur les 2 886 athlètes inscrits, soit un taux de 80,5%.

Martin Fourcade a largement dominé les votes. En plus de la Suédoise Frida Hansdotter, une seule autre candidate, la hockeyeuse suisse Florence Schelling, a dépassé la barre des 600 voix (619). Tous les autres sont restés en deçà des 500 suffrages.

Pour le biathlète français, l’entrée du CIO semble presque logique. Elle était attendue. Depuis sa retraite sportive en mars 2020, à 32 ans, Martin Fourcade est resté très proche du mouvement olympique. Il préside la commission des athlètes des Jeux de Paris 2024. Il avait annoncé très tôt son souhait de postuler à celle du CIO à l’occasion des Jeux de Pékin 2022.

« Le processus a été stressant, a reconnu le Français après l’annonce des résultats du vote, ce jeudi 17 février au Centre principal des médias de Pékin. Je suis heureux et très honoré de cette élection. J’ai la passion du sport depuis tout petit, de tous les sports. J’ai eu la chance d’aller aux Jeux d’Atlanta en 1996, en vacances. Puis j’ai suivi mon frère aîné, Simon, aux Jeux d’hiver de Turin en 2006. Et le privilège de participer comme athlète à trois Jeux olympiques, Vancouver 2010, Sotchi 2014 et PyeongChang 2018. Je crois sincèrement aux valeurs du sport et de l’olympisme. Pour moi, cette élection au CIO n’est pas un aboutissement, mais l’opportunité de représenter les athlètes et contribuer à l’évolution du mouvement. »

Son mandat de huit ans, Martin Fourcade explique vouloir le mener au plus près des athlètes et des enjeux de son époque. « Avec Frida (Hansdotter), nous sommes issus des sports d’hiver. Nous sommes donc très sensibles à la nature et à l’environnement, a-t-il expliqué en visioconférence, depuis sa chambre à Zhangjiakou. Mais je veux aussi rester très en contact avec les athlètes. Pour les représenter, il faut les connaître, connaître leurs attentes et leur sensibilité. J’ai eu la chance d’en rencontrer beaucoup au cours des derniers mois. Je veux continuer. »

Avec l’élection de Martin Fourcade à la commission des athlètes, la France compte désormais trois membres au CIO. Le biathlète ajoute son nom à ceux de Guy Drut, le plus ancien du lot, membre individuel, et Jean-Christophe Rolland, présent au sein de l’instance en sa qualité de président de la Fédération internationale d’aviron (World Rowing).

Un quatrième Français rejoindra le CIO dès la fin de semaine. David Lappartient, le président de l’Union cycliste internationale (UCI), est proposé par la commission exécutive pour être élu par la session, samedi 19 février à Pékin. Sauf très improbable scénario, il sera intronisé. Quatre membres du CIO en même temps, la France n’a plus connu pareille abondance depuis un demi-siècle.