— Publié le 25 octobre 2021

Oubliée par World Athletics, l’Italie crie au scandale

Institutions Focus

La longue litanie des récompenses et distinctions de fin d’année débute à peine, dans le mouvement olympique, mais elle est déjà marquée par une polémique. Elle vient d’Italie.

Le comité olympique italien (CONI) n’a pas apprécié l’absence de ses deux champions olympiques d’athlétisme parmi la liste des nominés pour le titre d’Athlète masculin de l’année, publiée par World Athletics. Son président, Govanni Malago, l’a dit sans retenir ses mots. Il crie au scandale et évoque un “manque de respect“.

En fin de semaine passée, World Athletics a dévoilé par un communiqué les dix nominés pour l’une de ses distinctions les plus convoitées de l’année. Dix athlètes se disputeront dans les semaines à venir le trophée d’Athlète masculin pour la cuvée 2021 : l’Ougandais Joshua Cheptegei (5 000 et 10 000 m), l’Américain Ryan Crouser (poids), le Suédois Mondo Duplantis (perche), le Norvégien Jakob Ingebrigtsen (1 500 m), le Kenyan Eliud Kipchoge (marathon), le Portugais Pedro Pichardo (triple saut), le Suédois Daniel Stahl (disque), le Grec Miltiadis Tentoglou (longueur), le Canadien Damian Warner (décathlon), le Norvégien Karsten Warholm (400 m haies).

Au premier regard, rien à redire. Le casting ne révèle aucune faute de goût. Il s’impose même comme l’un des plus riches de ces dernières années. Les dix nominés sont tous au moins champions olympiques aux Jeux de Tokyo. La plupart ont également raflé la mise au classement général de la Ligue de Diamant dans leur discipline. Deux d’entre eux, Ryan Crouser et Karsten Warholm, ont ajouté un record du monde.

Mais les Italiens l’ont noté et relevé : Lamont Marcell Jacobs et Gianfranco Tamberi (photo ci-dessus, de gauche à droite) manquent à l’appel. Le sprinteur et le sauteur en hauteur ont décroché l’or aux Jeux de Tokyo. Ils ont contribué, avec les marcheurs Massimo Stano et Antonella Palmasino, à la phénoménale et très improbable moisson olympique italienne : cinq médailles, toutes en or. Bluffant.

L’absence de Gianfranco Tamberi n’a rien de scandaleux. L’Italien a partagé avec le Qatari Mutaz Essa Barshim la victoire en finale du saut en hauteur. Son adversaire ne figure pas non plus parmi les nominés choisis par World Athletics.

En revanche, l’omission de Lamont Marcell Jacobs interroge. Aux Jeux de Tokyo, l’Italien a créé la plus saisissante surprise des épreuves d’athlétisme, en raflant la médaille d’or sur 100 m. Il a doublé la mise en fin de compétition en remportant le titre olympique au 4×100 m. Son chrono en finale du 100 m, 9 sec 80, en fait le champion olympique le plus rapide de l’histoire sur la distance, à l’exception du Jamaïcain Usain Bolt.

Pour Giovanni Malago, World Athletics a fait fausse route en “oubliant” Lamont Marcell Jacobs. “Ces deux omissions constituent un manque de respect envers nos athlètes, a suggéré le président du CONI, par ailleurs membre du CIO et président du comité d’organisation des Jeux d’hiver de Milan-Cortina 2026. Cette décision est profondément mauvaise. Nous en sommes très contrariés“.

Les nominés pour les trophées de l’année de World Athletics sont sélectionnés par un jury international d’experts, issus des confédérations continentales. Un vote impliquant le Conseil de l’instance, la “famille” de l’athlétisme et le grand public, permettra de désigner les trois finaliste. Il vient de débuter. L’Athlète masculin de l’année sera annoncé lors du gala de World Athletics prévu au mois de décembre.

Sebastian Coe, le président de l’instance, a défendu à sa façon le choix de son jury d’experts. “Les trophées annuels de World Athletics récompensent toujours les athlètes qui ont réalisé des performances de très haut niveau tout au long de l’année, en tenant compte non seulement des Jeux olympiques, mais aussi des circuits des meetings d’un jour“, a expliqué le Britannique.

Certes, Lamont Marcell Jacobs s’est montré discret en Ligue de Diamant. Il a annoncé la fin de sa saison peu de temps après les Jeux de Tokyo, expliquant souffrir d’une blessure au genou, et renoncé à la lucrative tournée des meetings d’après Jeux. Mais l’Italien a décroché le titre européen en salle du 60 m, au mois de mars dernier, preuve qu’il n’a pas été l’homme d’une seule course.

En faisant le choix de l’écarter de la liste des nominés, World Athletics a-t-elle voulu signifier ses doutes sur la crédibilité de sa fulgurante progression ?  L’Association européenne d’athlétisme (EA) n’a pas eu les mêmes états d’âme. Elle a récemment décerné ses trophées pour l’année 2021. Dans la catégorie masculine, l’instance continentale a désigné le Norvégien Karsten Warholm, devant le Suédois Armand Duplantis… et Lamont Marcell Jacobs.