— Publié le 25 juillet 2021

Sur le podium, les athlètes peuvent tomber le masque

Tokyo 2020 Focus

Pas de relâchement. Au surlendemain de la cérémonie d’ouverture, le CIO a lancé un rappel à l’ordre général à l’intention des délégations et des athlètes. Avec ce message : porter un masque aux Jeux de Tokyo n’est pas une recommandation, mais une obligation. Pas question de plaisanter avec le règlement.

La raison ? Un certain relâchement constaté en diverses occasions depuis le début des Jeux. A la cérémonie d’ouverture, vendredi 23 juillet, deux délégations sont entrées dans le stade, au moment du défilé des athlètes, sans porter le moindre masque : le Kirghizistan et du Tadjikistan.

Le CIO n’a pas apprécié. Les organisateurs japonais non plus. L’image donnée par les athlètes des deux pays à la télévision a été désastreuse. Elle a pu donner à penser que les mesures sanitaires n’étaient pas les mêmes pour tout le monde. L’instance olympique a expliqué, dès le lendemain, son intention de rappeler à l’ordre les deux délégations.

Mark Adams, le porte-parole du CIO, l’a rappelé dimanche 25 juillet à l’occasion de la conférence de presse quotidienne du CIO et du comité d’organisation : “Porter le masque est une nécessité. Il ne doit pas y avoir de relâchement. Nous demandons instamment à chacun de respecter les règles. C’est important pour le bon déroulement des épreuves, pour toutes les personnes concernées et pour nos amis japonais. Porter le masque en toutes circonstances, en intérieur comme à l’extérieur, permet d’envoyer un message très fort au public du monde entier.

Pas de relâchement, donc, mais un léger assouplissement des règles imposées aux athlètes. Le CIO l’a expliqué dimanche : les compétiteurs sont désormais autorisés à se découvrir le visage à l’occasion de la cérémonie de remise des médailles. Ils doivent toujours porter le masque sur le podium, mais il leur est possible de le retirer pour la séance photos organisée immédiatement après les hymnes. Un attaché au protocole est même désormais censé brandir un panneau en direction des médaillés pour leur signifier à quel moment se découvrir, puis quand remettre leur masque sur le visage.

La nouvelle règle, décidée au lendemain de la cérémonie d’ouverture, se veut très précise : les athlètes peuvent retirer leur masque pour faire face aux photographes, leur médaille autour du cou, mais seulement pour environ 30 secondes.

A la piscine olympique, dimanche 25 juillet, les nageurs médaillés ont montré qu’ils avaient déjà compris le changement. L’Américain Chase Kalisz, titré sur 400 m 4 nages, a retiré son masque sur le podium. Ses deux suivants, l’autre Américain Jay Literland et l’Australien Brendon Smith, l’ont imité (photo ci-dessus).

Plus tard dans la matinée, les 12 médaillées du relais 4×100 m féminin ont retiré elles aussi leurs masques pour la séance de photos. Sur le moment, la scène a pu surprendre.

Mais le CIO l’a précisé : les uns et les autres ont seulement suivi les nouvelles règles sanitaires. “Les nageurs ont respecté les directives, a assuré l’instance olympique. Les instructions données aux délégations tiennent compte de la nouvelle réglementation. Elles autorisent un retrait bref du masque sur le podium, pour les photos, en respectant la distanciation sociale.”

Réaction de la délégation australienne : “Nos nageurs n’ont pas enfreint le règlement. Ils ont seulement suivi les nouvelles consignes du protocole.” Qu’on se le dise.