— Publié le 14 juillet 2021

Pour les Jeux de Tokyo, les Etats-Unis jouent la carte des femmes

Événements Focus

Parfait timing. A 10 jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo, les Américains ont levé le voile sur leur délégation olympique. Les athlètes, mais également la représentation plus politique.

Comme annoncé depuis plusieurs semaines, la “First lady” conduira la délégation officielle à la cérémonie d’ouverture, vendredi 23 juillet. L’information a été confirmée mardi 13 juillet par son cabinet. Jill Biden vivra dans la capitale japonaise ses deuxièmes Jeux au nom de la Maison Blanche, mais les premiers en été. Elle avait accompagné son époux aux Jeux d’hiver de Vancouver en 2010. Joe Biden occupait alors le poste de vice-président des Etats-Unis.

L’équipe olympique américaine se présentera en force aux Jeux de Tokyo. Elle sera la deuxième plus importante de l’histoire, mais la première pour une édition des Jeux organisée hors des Etats-Unis. Elle s’annonce également comme la plus féminine depuis la création de l’événement olympique.

Le comité olympique et paralympique américain (USOPC) l’a dévoilé mardi 13 juillet : Team USA comptera 613 athlètes aux Jeux de Tokyo. L’effectif atteint même 627 athlètes sélectionnés en ajoutant les remplaçants autorisés dans certaines épreuves par équipes.

Les Etats-Unis ont composé une délégation plus importante en une seule occasion : aux Jeux d’Atlanta en 1996. Le nombre d’épreuves y était plus réduit et le CIO n’avait pas encore inventé le concept de sports additionnels, mais les Américains étaient qualifiés d’office, en qualité de pays-hôte, dans tous les sports collectifs. A Atlanta 1996, l’équipe américaine comptait 648 athlètes.

A en croire les historiens de l’olympisme, Team USA version Tokyo 2020 prendra place au 4ème rang des délégations les plus massives depuis la création des Jeux modernes, derrière la France aux Jeux de Paris en 1900, la Grande-Bretagne à Londres 1908, et les États-Unis à Atlanta 1996.

Les femmes feront le nombre. Pour la troisième fois consécutive, les Américaines seront plus nombreuses à enfiler l’uniforme officiel que les collègues masculins. La liste dévoilée par l’USOPC en recense 329, contre 284 hommes. Le pourcentage de sélectionnées féminines atteint presque 54 %. Il est le plus élevé de l’histoire de la participation américaine aux Jeux olympiques. Aux Jeux de Rio 2016, Team USA comptait 291 femmes.

La délégation américaine recense 193 athlètes ayant déjà participé à au moins une édition des Jeux olympiques. Parmi eux, 104 médaillés dont 56 en or.

Pas moins de huit quintuples olympiens ont été sélectionnés aux Jeux de Tokyo : les cavaliers Steffen Peters et McLain Ward, les basketteuses Sue Bird et Diana Taurasi, les athlètes Abdi Abdirahman et Allyson Felix, l’escrimeuse Mariel Zagunis, le joueur de water-polo Jesse Smith. Sue Bird et Diana Taurasi lorgneront sur une cinquième médaille d’or consécutive avec l’équipe féminine de basket-ball, dont la dernière défaite aux Jeux remonte à Barcelone 1992.

La plus jeune membre de l’équipe sera la nageuse Katie Grimes, âgée de 15 ans, engagée sur 800 m. Le doyen ? Le cavalier Phillip Dutton, 57 ans, déjà six participations olympiques sous la selle, dont les trois premières (Atlanta 1996, Sydney 2000 et Athènes 2004) pour son pays natal, l’Australie.

Autre illustration de la féminisation grandissante du mouvement olympique : le Canada. Sa délégation aux Jeux de Tokyo, dévoilée également mardi 13 juillet, compte 225 athlètes féminines, contre 145 représentants masculins. Avec un total de 371 athlètes, elle sera la plus importante depuis les Jeux d’été de 1984 à Los Angeles.

A Tokyo, le Canada présentera 226 nouveaux olympiens, pour 134 athlètes ayant déjà connu l’ambiance olympique aux Jeux de Rio 2016. La plus jeune est également une nageuse, Summer McIntosh, 14 ans. Le plus âgé monte à cheval : Mario Deslauriers, 56 ans. Présent pour la première fois aux Jeux de Los Angeles en 1984, il court toujours derrière sa première médaille olympique.