— Publié le 24 février 2021

Pour les Jeux en 2032, l’Australie plus favorite que jamais

Candidatures Focus

Les Jeux seraient-ils déjà faits et l’affaire pliée ? La candidature australienne pour les Jeux d’été en 2032, portée par la ville de Brisbane et l’état du Queensland, pourrait être “recommandée” dès ce mercredi 24 février à la commission exécutive du CIO.

La commission des futures villes-hôtes des Jeux d’été, présidée par la Norvégienne Kristin Kloster Aasen, sera invitée par Thomas Bach à présenter son rapport sur les discussions en cours avec les postulants déclarés. Elle le fera à distance, par visioconférence. Et pourrait, selon le site britannique InsidetheGames, exprimer très clairement sa préférence pour le projet australien.

A ce stade du processus, soit plus de 11 ans avant l’événement, le choix du CIO ne sera sans doute pas déjà arrêté. La décision finale reviendra à la session de l’instance olympique, dont la prochaine réunion est prévue à partir du 10 mars en mode virtuel. Elle pourrait intervenir dès cette année, peut-être à l’occasion des Jeux de Tokyo, ou dans un futur moins proche.

Mais dans l’hypothèse où la commission exécutive du CIO se prononce, ce mercredi, en  faveur de la recommandation portée par Kristin Kloster Aasen, le Queensland renforcerait encore sa position de grandissime favori. Les Australiens entreraient alors dans une nouvelle phase du processus de sélection. Ils entameraient un dialogue plus “ciblé”, censé les amener à être choisis pour l’accueil des Jeux d’été en 2032.

Officiellement, les autres postulants ne seront donc pas écartés dès maintenant. Mais l’avancée prise par les Australiens pourrait rapidement s’avérer décisive.

Pour rappel, le CIO a pris la  décision de réformer son processus de sélection des villes-hôtes après le double vote – Paris 2024 et Los Angeles 2028 – de la session de Lima en septembre 2013. Il a envoyé dans les oubliettes de l’histoire la règle des sept années entre l’attribution et l’évènement, le principe même d’une campagne de candidature, et ouvert la course à tous les scénarios.

Deux commissions des futures villes-hôtes ont été créées, l’une pour l’hiver, l’autre pour l’été. Avec la même mission : instaurer un dialogue avec les éventuels postulants, faire le tri parmi les projets, puis en recommander un ou plusieurs à la commission exécutive.

Le processus concerne les Jeux d’hiver 2030 et ceux d’été en 2032. Mais il a déjà été mis en place pour le choix de l’hôte des Jeux d’hiver de la Jeunesse 2024. L’événement a été attribué à la province sud-coréenne de Gangwon, choisie sans qu’il ait été nécessaire de procéder à un vote pour départager plusieurs postulants.

Pour la concurrence, la “recommandation” attendue ce mercredi en faveur de Brisbane 2032 s’annonce comme un coup  dur. Certes, elle ne met pas un terme à la course. Pas encore. Mais elle réduit sérieusement les chances d’un groupe de postulants où se pressaient l’Inde, l’Indonésie, l’Allemagne, le Qatar, et plus récemment la Hongrie.

Lancée très tôt, et portée depuis le premier jour par l’influent John Coates, la candidature du Queensland a semblé mener le train depuis le début de la course. Une délégation australienne, conduite par Annastacia Palaszczuk, la Première ministre de l’état, s’était rendue en visite très officielle au siège du CIO à Lausanne à la fin de l’année 2019. Plus récemment, Thomas Bach a profité de sa visite à Tokyo, à l’automne dernier, pour rencontrer le Premier ministre australien, Scott Morrison, lui aussi présent dans la capitale japonaise.

La crise sanitaire a mis le projet entre parenthèses, l’an passé, Annastacia Palaszczuk annonçant que la priorité était désormais de lutter contre la pandémie. Mais il a été relancé au mois de décembre, les autorités du Queensland estimant que les Jeux olympiques pourraient contribuer à la relance économique dans le monde de l’après COVID-19.