— Publié le 4 février 2021

Aux Jeux de Tokyo, les contacts physiques seront comptés

Événements Focus

Les Japonais l’avaient annoncé, le CIO l’avait confirmé : les Jeux de Tokyo ne ressembleront à rien de connu. Les Jeux du monde d’après. Un nouveau modèle de rendez-vous olympique et paralympique. Avec la publication du premier d’une série de quatre manuels pratiques (“playbooks”) à l’usage des participants, Tokyo et Lausanne ont levé un large coin du voile. Et révélé une série de règles de conduite inédites dans l’histoire du mouvement olympique.

Publié mercredi 3 février, le premier document de 32 pages concerne les fédérations internationales et les officiels techniques. Les trois suivants seront dédiés aux diffuseurs (8 février), aux athlètes et officiels d’équipe (9 février), et enfin à la presse (10 février).

A quelques nuances près, les règles devraient être les mêmes pour toutes les personnes accréditées. Elles se veulent strictes. Avec une priorité : la sécurité sanitaire des Jeux et de leurs participants. Les manuels seront réévalués et mis à jour, en avril puis en juin, selon l’évolution de la pandémie au Japon et dans le reste du monde. Les derniers détails seront dévoilés au mois de juin.

Précision : les organisateurs des Jeux de Tokyo, le CIO et l’IPC, ont prévu un arsenal de sanctions en cas de non respect des règles sanitaires. Christophe Dubi, le directeur des Jeux olympiques au CIO, l’a expliqué : “En cas d’infraction, des mesures pourraient être prises. Nous avons une commission disciplinaire. S’il le faut, nous l’activerons. Mais nous n’anticipons pas un grand nombre de violations”.

Préparés entre Tokyo et Lausanne depuis le printemps dernier, les manuels pratiques des prochains Jeux ne laissent rien au hasard. Ils préfigurent un événement olympique et paralympique où la liberté de mouvement et de déplacement sera très réduite, l’insouciance proscrite et l’improvisation malvenue.

L’hygiène

Rien de très inattendu. Le premier manuel pratique des Jeux précise que le port du masque sera obligatoire, sauf pour manger, dormir ou en extérieur sous réserve du respect d’une distanciation sociale d’au moins 2 m. Il préconise de ventiler les pièces fermées toutes les 30 minutes et d’éviter de partager des objets. Enfin, il demande aux fédérations internationales d’apporter plus de masques que lors des événements “normaux”, afin de pouvoir les remplacer rapidement pendant l’été chaud et humide de Tokyo.

L’entrée au Japon

Les contacts physiques avec les autres devront être réduits au minimum pendant les 14 jours précédant le voyage vers le Japon. Les participants devront lister toutes les personnes avec lesquelles ils sont susceptibles d’entrer en contact pendant les Jeux, y compris leurs colocataires et coéquipiers. Ils devront enregistrer sur une application dédiée les données quotidiennes de leur état de santé. Un test PCR sera exigé 72 heures avant le départ. Dans les aéroports, les participants devront se déplacer le plus rapidement possible et ne pas s’arrêter dans les boutiques.

Les contacts

Un mot d’ordre, annonciateur d’une expérience olympique très formatée : éviter les contacts physiques. Il est demandé aux membres des fédérations internationales et aux officiels techniques de maintenir une distance de deux mètres à tout moment, particulièrement avec les athlètes. Le manuel indique également qu’il leur faudra éviter les foules et les espaces clos. Dans la mesure du possible, il sera demandé de proscrire les “formes de contact physique inutiles” : accolades, “high-five” et poignées de main. Enfin, ils ne devront pas utiliser les transports publics, sauf autorisation préalable. Le tourisme sera impossible. Les sorties nocturnes (bars, boîtes de nuit, soirées) ne seront pas autorisées.

Le traçage

La température des participants sera mesurée à chaque entrée dans un site olympique. Elle devra être enregistrée sur une application dédiée. Toute personne dont la température sera supérieure à 37,5 degrés ne pourra avoir accès au site. Un test de dépistage sera effectué dès l’arrivée à l’aéroport. Pendant les Jeux, les tests seront réalisés au moins tous les quatre jours. Les cas positifs entraîneront un isolement immédiat.

Enfin, le manuel pratique recommande de ne pas chanter ou encourager de la voix les athlètes et les équipes sur les lieux de compétition. Les applaudissements, en revanche, seront tolérés. Cette même recommandation devrait être étendue à l’ensemble des spectateurs. A condition, toutefois, qu’ils soient admis aux Jeux de Tokyo.