— Publié le 30 décembre 2020

A 205 jours des Jeux, le Japon supprime l’exception olympique

ÉvénementsNon classé Focus

Un pas en avant, deux pas en arrière. Selon certaines sources “proches du dossier”, citées par l’agence Kyodo News, le gouvernement japonais aurait décidé cette semaine de durcir les conditions d’entrée au Japon des athlètes et de leur encadrement issus des pays présentant les risques les plus élevés d’infection au coronavirus.

En novembre dernier, les autorités japonaises avaient annoncé que les athlètes et équipes en préparation des Jeux de Tokyo bénéficieraient d’un régime spécial. Ils ne seraient pas soumis aux mêmes restrictions d’entrée dans le pays que les autres ressortissants étrangers. Une mesure destinée à favoriser la préparation de l’événement olympique. Et, au passage, à rassurer l’opinion et les partenaires sur la réalité de l’organisation des Jeux en 2021.

Depuis, une deuxième vague de la pandémie a frappé de plein fouet une grande partie de la planète. Elle contraint aujourd’hui les autorités japonaises à revoir leur plan sanitaire. L’exception olympique serait donc rayée de la carte.

Toujours selon les mêmes sources, le gouvernement de Yoshihide Suga en aurait déjà informé le comité olympique japonais et les organisateurs des Jeux de Tokyo. Le durcissement des conditions d’entrée dans le pays resterait en vigueur au moins jusqu’à la fin du mois de janvier.

Il ne toucherait pas seulement les athlètes étrangers ayant prévu des stages de préparation au Japon, dans la perspective des Jeux de Tokyo, mais affecterait également les Japonais ayant effectué un voyage ou un séjour à l’étranger. Ils seraient désormais soumis à une période d’isolement complet de 14 jours à leur arrivée dans l’archipel, dans le cas où ils arriveraient de pays à risques, dont la Belgique, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et l’Afrique du Sud.

Quant aux athlètes ou membres de l’encadrement des équipes n’ayant pas le statut de résidents au Japon, ils seraient tout simplement interdits d’entrée dans le pays jusqu’à la fin du mois de janvier.

Selon Kyodo News, ces nouvelles restrictions devraient empêcher l’entraîneur espagnol de l’équipe japonaise féminine de hockey sur gazon, Xavi Arnau, de voyager vers le Japon. Installé en Belgique, il supervise la préparation de l’équipe nationale à distance, depuis l’Europe. Il était censé rejoindre le camp d’entraînement de la sélection nationale à partir du mois de janvier. Il devra encore patienter.