Événements - 27/02/2019

A J – 100, le Mondial 2019 annonce une révolution

J – 100 pour le Mondial féminin de football 2019 en France. Dans 100 jours, l’équipe de France affrontera la Corée du Sud au Parc des Princes, à Paris, pour le match d’ouverture. L’événement déroulera ensuite son décor dans huit autres villes françaises, jusqu’au 7 juillet 2019.

A 100 jours du coup d’envoi, l’événement s’annonce grandiose. Un Mondial, un vrai. Vingt-quatre équipes, 52 rencontres. Une couverture télévisée sans égale dans le passé. La huitième édition du tournoi planétaire devrait marquer un tournant dans l’histoire du football féminin.

La billetterie cartonne. Le comité d’organisation n’en fait pas mystère, les premiers résultats de la vente des places dépassent les espérances. La billetterie a été ouverte le 17 octobre 2018 par une première phase, dédiée aux packages de plusieurs rencontres, avec des tarifs volontairement très accessibles (25 euros pour trois matches dans une même ville).

A ce jour, 500 000 billets ont déjà trouvé preneurs. Le public français en a acquis un peu plus de la moitié. Normal. Les étrangers ont raflé le reste. Les Américains, notamment, représentent un quart des acheteurs. La vente des places à l’unité débutera le 7 mars 2019. 800 000 tickets restent à vendre, avec une grille de prix allant de 13 à 84 euros. Selon les prévisions des organisateurs, plusieurs rencontres devraient faire stade plein.

Pour rappel, le Mondial 2019 se disputera à Paris, Reims, Valenciennes, Le Havre, Rennes, Montpellier, Nice, Grenoble et Lyon. La ville de Lyon accueillera les demi-finales et la finale. « La capitale mondiale du football féminin », suggère Brigitte Henriques, la vice-présidente de la FFF.

Les chaînes de télévision jouent le jeu. Aux oubliettes, l’époque où le football féminin était boudé, voire snobé, par l’audiovisuel. Le Mondial 2019 bénéficiera d’une couverture télévisée encore jamais approchée depuis la première édition, disputée en Chine en 1991. En France, TF1 et Canal + se partagent les droits. Aux Etats-Unis, le tournoi sera couvert par la FOX. En Grande-Bretagne, la BBC annonce proposer toutes les rencontres, à la télévision, à la radio ou sur sa plateforme numérique. Objectif annoncé par la FIFA : 1 milliard de téléspectateurs sur l’ensemble de la planète. Ambitieux mais jouable.

Les partenaires s’affichent. A l’image des diffuseurs, les partenaires ont eux aussi senti le vent tourner. Le comité d’organisation a déjà signé des contrats de marketing avec cinq sponsors officiels : Arkema, le Crédit Agricole, EDF, Proman et la SNCF. Selon l’Equipe, un sixième viendrait de rejoindre l’aventure : le groupe Orange. Montant du contrat : 1 million d’euros.

Pour la reste, la promotion de l’événement se révèle classique. Une mascotte, Ettie (photo ci-dessus), a été présentée en mai dernier par les organisateurs. Un poussin jaune habillé d’une brassière. Elle est âgée de 15 ans. Et serait, selon la version officielle, la fille unique de Footix, la mascotte de la Coupe du Monde 1998 en France. Difficile à vérifier. L’identité de sa mère n’a pas été révélée.

Les affiches officielles du Mondial 2019 seront dévoilées ce mercredi 27 février, en fin d’après-midi, dans les neuf villes-hôtes du tournoi. Quant au trophée, il a débuté dimanche dernier à Paris une tournée mondiale de deux mois. Prochaines étapes : Montego Bay, en Jamaïque, dimanche 3 mars, puis Santiago du Chili le 7 mars, et Buenos Aires deux jours plus tard. Retour prévu dans la capitale française le 2 mai 2019, après une halte dans chacun des 24 pays qualifiés.

ActualitésVoir toutes les actualités