— Publié le 20 novembre 2017

A Paris, la question des Jeux de 2024 divise les élus

Événements Focus

Deux mois ont passé depuis le double vote historique de la session du CIO à Lima, mais les lendemains continuent à se révéler difficiles pour Paris 2024. Après les polémiques sur la facture du voyage au Pérou, puis sur les rémunérations des cadres du futur comité d’organisation, une nouvelle “affaire” voit le jour.

Cette fois, la polémique est politique. Et, nouveauté, elle concerne la Mairie de Paris. Selon Le Parisien, la gestion du dossier “Jeux de 2024” divise les élus municipaux. La belle unanimité affichée pendant les longs mois de campagne pourrait même très rapidement se fissurer.

En cause, l’annonce de la création d’une nouvelle délégation au sein de la ville de Paris. Elle porte le nom de “délégation générale aux Jeux olympiques/paralympiques et aux grands événements.” Jusque-là, rien de très conflictuel. Mais le quotidien parisien révèle que ses futurs effectifs auraient fait toussoter plusieurs élus municipaux.

Cette nouvelle délégation devrait en effet recenser 23 personnes. A plus de 6 ans des Jeux, le chiffre peut sembler hors de proportion. Eric Azière, le leader du groupe des centristes au Conseil de Paris, s’interroge: “Créer 23 postes pour les JO alors qu’il existe déjà un comité d’organisation des Jeux olympiques, est-ce bien rationnel ?”

A la mairie de Paris, la réponse se veut très pragmatique. Avant la désignation de la ville comme hôte des Jeux en 2024, les services municipaux comptaient déjà deux pôles: l’un était dédié à la candidature olympique, l’autre aux grands événements sportifs déjà attribués à la France. A eux deux, ils recensaient 13 personnes.

La nouvelle délégation regroupera les deux divisions. Ses effectifs passeront de 13 à 23 salariés. L’augmentation n’est pas anodine, même si elle ne s’accompagnera pas forcément de créations de postes, l’option d’un redéploiement interne étant également envisagée. Mais la mairie de Paris précise: “Avec les Gay Games 2018, le championnat du monde de handball féminin et la Ryder Cup de golf la même année, puis le Mondial de football féminin en 2019, les championnats d’Europe d’athlétisme en 2020, et enfin la Coupe du Monde de rugby en 2023, tout cela avant même les Jeux olympiques et paralympiques, Paris va accueillir de nombreux grands événements sportifs.” Certes.

Autre précision: la nouvelle délégation aura du pain sur la planche, puisqu’elle sera notamment chargée de piloter l’action des autres directions de la ville, dont l’urbanisme, les finances et les achats. Elle devra aussi superviser certains des engagements pris par la capitale française dans le cadre du dossier de candidature aux Jeux de 2024. En tête de liste, la baignade dans la Seine et l’extension du réseau des transports publics.

Le Conseil de Paris débute de lundi 20 novembre. La question des Jeux de 2024 devrait y être débattue à plusieurs reprises. Selon Le Parisien, le groupe des élus écologistes devrait déposer un vœu sur la transparence des rémunérations et avantages des cadres du futur COJO.