— Publié le 2 novembre 2017

Le CIO envoie les dopés russes par le fond

Événements Focus

Les têtes tombent. Enfin. Hasard ou pas, le CIO a choisi la date de J – 100 jours avant les Jeux de PyeongChang, mercredi 1er novembre, pour annoncer les premières sanctions individuelles contre des athlètes russes. Elles frappent deux fondeurs médaillés olympiques à Sotchi en 2014. Deux premiers cas qui pourraient bientôt faire des petits.

Alexander Legkov (photo ci-dessus), 34 ans, champion olympique du 50 km et médaillé d’argent au relais 4 x 10 km, peut déjà préparer l’emballage pour renvoyer ses breloques à Lausanne. Elles ne lui appartiennent plus.

A Sotchi, Alexander Legkov s’était imposé au terme d’un 50 km marqué par un triplé russe. Sa disqualification pourrait profiter à son second, Maxim Vylegzhanin. Mais le fondeur russe est également cité dans le rapport McLaren. Son nom pourrait donc bientôt rejoindre celui du vainqueur dans la liste des déchus.

Même sanction, mais avec un effet plus limité, pour son compatriote Evgeniy Belov, 27 ans, 18ème du skiathlon et 25ème du 15 km classique, également disqualifié a posteriori. Les deux fondeurs russes sont exclus par avance des Jeux de PyeongChang 2018. Ils sont radiés à vie des Jeux olympiques. Mais, selon leur avocat, l’Allemand Christof Wieschemann, la sanction est “scandaleuse” et les deux athlètes feront appel devant le TAS.

Les deux Russes sont les premières victimes connues des auditions menées par la commission Oswald, chargée par le CIO d’étudier les analyses et les enquêtes médico-légales aux Jeux de Sotchi 2014. “D’autres décisions découlant de ces premières auditions seront communiquées dans les prochains jours, a annoncé le CIO dans un communiqué. Des auditions supplémentaires concernant d’autres athlètes auront lieu au cours des prochaines semaines.”

Alexander Legkov n’a pas seulement perdu ses deux médailles. Le fondeur abandonne également sa place de 10ème au skiathlon 15+15 km. Surtout, sa chute entraîne la disqualification du relais russe vice-champion olympique. Par un effet domino très en vogue dans le sport international, la France devrait gagner une marche et hériter de la 2ème place, la Norvège, initialement classée 4ème, étant invitée sur le podium. A Sotchi, la Suède avait devancé la Russie pour le titre olympique.

Le cas du Russe Alexander Legkov se révèle assez singulier. Soupçonné de dopage, il figurait dans la liste des six athlètes suspendus depuis décembre 2016 par la Fédération internationale de ski (FIS). Sa sanction courait jusqu’au 31 octobre 2017. Le fondeur n’a pas eu le temps de fêter la fin de son purgatoire. Une peine a suivi l’autre.