— Publié le 19 octobre 2017

Pour Carlos Nuzman, l’accusation est tombée

Événements Focus

L’avenir olympique de Carlos Nuzman était déjà compromis. Son avenir tout court est désormais chargé de sombres nuages. L’ex président des Jeux de Rio 2016 et du comité olympique brésilien a été formellement accusé par la justice de son pays de corruption, blanchiment d’argent, évasion fiscale et gangstérisme.

L’information a été officialisée mercredi 18 octobre par le bureau des procureurs de Rio de Janeiro en charge de l’enquête. Cinq autres personnes ont été formellement accusées de corruption en lien avec l’attribution à Rio des Jeux d’été en 2016: l’ancien gouverneur de l’état de Rio, Sergio Cabral; l’ex bras droit de Carlos Nuzman au comité d’organisation des Jeux de 2016 et directeur des opérations, Leonardo Gryner; l’homme d’affaires brésilien Arthur Soares, présenté comme un intermédiaire dans l’achat présumé de voix; Lamine Diack, l’ancien président de l’IAAF; et enfin son fils, Papa Massata Diack.

Selon l’acte d’accusation, Carlos Nuzman et Sergio Cabral ont “directement sollicité” auprès d’Arthur Soares le versement de 2 millions de dollars à Papa Massata Diack, “pour s’assurer des voix pour l’élection de Rio”.

Selon le parquet brésilien, Carlos Nuzman et ses deux acolytes, Leonardo Gryner et Sergio Cabral, ont rencontré Lamine Diack en août 2009, à Berlin, pendant les Mondiaux d’athlétisme, à quelques semaines du vote du CIO pour la ville-hôte des Jeux de 2016. Le dirigeant sénégalais, alors président de l’IAAF et membre actif du CIO, leur aurait suggéré de faire affaire avec son fils, Papa Massata, pour le versement de pots-de-vin.

Parmi tout ce beau monde, seuls Carlos Nuzman et Sergio Cabral dorment actuellement dans une prison brésilienne. Arrêté la semaine passée, le premier avait été détenu pour une période de 5 jours, avant de voir son bail derrière les barreaux prolongé pour une période indéterminée. Le second purge actuellement une peine d’emprisonnement de 15 ans. Lamine Diack est assigné à résidence en France. Son fils, Papa Massata, a trouvé refuge au Sénégal. Il a été placé par Interpol sur sa liste des personnes les plus recherchées. Arthur Soares est en fuite. Quant à Leonardo Gryner, arrêté en même temps que Carlos Nuzman, il a été relâché.