— Publié le 15 juin 2016

Aux Jeux de Rio 2016, les médailles seront recyclées

Événements Focus

La nouvelle a presque valeur d’événement. Deux jours avant la date prévue, les organisateurs des Jeux de Rio 2016 ont dévoilé, lors d’une cérémonie mardi 14 juin au Parc olympique de Barra, les médailles des Jeux olympiques et paralympiques. Deux jours d’avance, très inhabituel pour un comité d’organisation jusque-là souvent à la poursuite du temps. Mais la présence de Thomas Bach dans la ville brésilienne, en ce début de semaine, imposait de presser un peu plus activement le pas.

Au premier regard, ces médailles ne présentent rien de révolutionnaire. Sur une face, le logo de Rio 2016 finement saupoudré de feuilles de laurier. Une façon de relier la force de la Nature et celle des héros olympiques, selon les organisateurs. Un détail très Agenda 2020. Au dos, l’habituelle déesse grecque Nike, déesse de la victoire, présente sur les médailles olympiques depuis Amsterdam en 1928. Une habituée, en somme.

A y regarder de plus près, les modèles Rio 2016 proposent quelques nouveautés. Elles sont légèrement bombées au centre. Les médailles paralympiques contiennent des petits grelots, destinés à les rendre plus accessibles aux mal voyants. Surtout, elles répondent aux nouvelles exigences du développement durable. Des médailles écolos, donc.

Certes, les Brésiliens n’ont pas poussé le bouchon jusqu’à les fabriquer à partir de bambou ou d’écorce. Mais, grande première dans l’histoire des Jeux, les médailles olympiques et paralympiques sont recyclées. Ben oui. Aux vainqueurs, il sera remis sur le podium (également révélé mardi 14 juin devant Thomas Bach) un modèle en or garanti 100% sans mercure. Aux suivants, le CIO distribuera des médailles en argent et bronze constituées pour 30% à partir d’éléments recyclés.

Mais ce n’est pas tout. Les Brésiliens ont poussé le détail jusqu’à fabriquer les rubans qui permettent d’accrocher les récompenses au cou des athlètes à partir, pour 50%, de plastique issu de bouteilles usagées. Quant à la boîte en bois coulissante où seront conservées les précieuses breloques, elle est également constituée de bois issu de production respectueuse de l’environnement. Les organisateurs ont même joint l’image à la parole, mardi 14 juin, en dévoilant une vidéo résumant en moins d’une minute le processus de fabrication des trophées.

Au total, les organisateurs distribueront 2 488 médailles olympiques et 2 642 médailles paralympiques. Chaque pièce pèse 500 grammes.

Même souci du développement durable pour les podiums et les tenues des volontaires qui officieront lors des cérémonies de remise des récompenses. 100% coton, bien sûr. « L’idée est que ces tenues montrent que Rio de Janeiro est une ville accueillante », a expliqué la styliste carioca, Andrea Marques, à l’origine de ces uniformes olympiques. Selon un communiqué de Rio 2016, le résultat « témoigne de l’élégance tropicale et du style de vie décontracté dans la ville siège des Jeux Rio 2016. » Les podiums, quant à eux, sont en bois de pin et décorés de plantes comme la mangrove. Ils pourront ensuite être réutilisés pour servir de meubles.

u_vlupbP

Enfin, les organisateurs brésiliens ont profité de la présence de Thomas Bach, et avec lui d’une centaine d’invités, pour lever le voile sur le slogan des Jeux de 2016: « Un nouveau monde ». Réaction du président du CIO: « C’est l’essence du mouvement olympique : aller vers un monde meilleur. Il y aura un Rio de Janeiro avant et après les Jeux olympiques. Un Rio meilleur et rénové. C’est très positif pour la jeunesse du Brésil. »