— Publié le 14 janvier 2016

Un nouveau stade de NFL, cadeau du ciel pour LA 2024

Candidatures Focus

Il faut bien l’admettre: une bonne fée a dû se pencher sur le projet olympique de Los Angeles pour les Jeux de 2024. Depuis le début de l’aventure, les circonstances semblent se liguer en un pacte de bonne fortune pour servir ses intérêts. Et la chance s’obstine jusqu’à maintenant à lui sourire de toutes ses dents. Le retrait de Boston, d’abord, ville initialement choisie par le comité olympique américain (USOC) pour représenter les Etats-Unis dans la course aux JO. Et, maintenant, la décision de la NFL de ramener à Los Angeles la prestigieuse équipe des Rams.

Mardi 12 janvier, un vote de la National Football League a entériné le rapatriement des Rams vers la cité californienne, où l’équipe avait été hébergée entre 1946 et 1994, avant de déménager à Saint-Louis. Une décision qui prendra effet dès la saison prochaine. Pour la franchise de football américain, le vote de la NFL a des allures de cadeau du ciel, en lui permettant d’évoluer à l’avenir dans la première ville de la côte ouest. Pour le comité de candidature de Los Angeles 2024, il s’apparente à un joyeux jackpot.

Stan Kroenke, le propriétaire des Rams, l’a annoncé sans tarder: son équipe disposera dès l’année 2019 d’un stade flambant neuf, une merveille du genre, construit à Inglewood, à environ 5 km de l’aéroport international LAX et une dizaine de kilomètres du centre de Los Angeles. L’enceinte devrait pouvoir accueillir 70 à 100 000 spectateurs. Elle sera dotée d’un toit rétractable. Et sa construction pourrait être accompagnée de celle d’une salle de spectacle de 6 000 places.

Le coût? Encore incertain à ce stade de l’histoire, mais estimé à environ 2 milliards de dollars. Cher. Très cher, même. Mais sans effet sur le portefeuille des contribuables. Et, précision importante, sans conséquence sur le budget prévisionnel de l’équipe de LA2024. Stan Kroenke en cherchera tout seul, en homme d’affaire avisé, le financement. Il sera entièrement privé.

Pour le projet olympique de la ville californienne, ce cadeau du ciel arrive au meilleur moment. L’équipe de candidature, conduite par Casey Wasserman, voit débarquer sur sa table de travail un projet grandiose, au cœur de son dispositif, sans avoir à casser sa tirelire. Le futur stade des Rams ne possédera pas de piste athlétisme, un équipement sans la moindre utilité pour une enceinte dédiée au football américain. Mais il pourrait accueillir les cérémonies d’ouverture et de clôture, voire un sport en salle grâce à son toit rétractable. La gymnastique, par exemple, où le basket-ball.

Sans surprise, l’équipe de Los Angeles 2024 n’est pas restée sans réaction après l’annonce de la nouvelle. “Los Angeles 2024 possède le luxe de pouvoir choisir les meilleurs équipements pour les Jeux olympiques et paralympiques, sans avoir à les construire à partir d’une page blanche, s’est félicité Casey Wasserman. Ce nouveau stade de NFL représente une opportunité de compléter la carte des sites que nous avons intégrée dans notre dispositif pour les Jeux.” Même son de cloche à l’USOC. “L’ajout de ce nouveau stade vient compléter notre offre, a expliqué Patrick Sandusky, le responsable des relations extérieures. Il constitue un nouveau site dont nous savons qu’il sera de très haut niveau et prêt longtemps avant les Jeux de 2024.”

A l’heure où le CIO pousse les villes candidates à réduire les coûts et à dépenser un minimum d’argent public, Los Angeles peut se convainque que le retour des Rams en Californie devrait sonner comme une douce musique du côté de Lausanne. Mais la course ne fait que commencer.