— Publié le 4 décembre 2015

Pour 2024, Paris veut passer au vert

Candidatures Focus

L’intention est de circonstance. Au moment où la capitale française accueille au Bourget, à quelques jets de pierre du Stade de France, la Conférence des Nations-Unies sur le climat (COP 21), l’équipe de Paris 2024 muscle son propos par une longue tirade sur le développement durable. Par un communiqué publié jeudi 3 décembre, la ville candidate fait savoir qu’elle place ce thème, inscrit en grosses lettres dans l’Agenda 2020 du CIO, au rang de “pilier” de son projet olympique. Rien de moins.

Paris 2024 a confié le dossier “vert” à l’un de ses deux co-présidents, Tony Estanguet (notre photo). Choix judicieux. Difficile, en effet, de trouver meilleur ambassadeur que le triple champion olympique de canoë monoplace, figure emblématique d’une discipline, le slalom, présumée l’une des plus écolos du paysage sportif. En prime, le Palois siège à la commission “durabilité et héritage” du CIO, sa deuxième maison. Un curriculum-vitae qui lui assure une certaine légitimité pour parler de développement durable aux leaders du monde moderne, réunis à Paris pour la COP 21.

Tony Estanguet doit s’exprimer ce vendredi 4 décembre au Bourget. Il est annoncé comme intervenant à la conférence consacrée à “l’innovation du sport français pour le climat”. Une prise de parole dont les grandes lignes ont été dévoilées la veille par l’équipe de communication de Paris 2024: le développement durable n’est pas seulement un “objectif”, mais “l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires”. Tony Estanguet annonce que “l’un des héritages majeurs pour Paris sera la possibilité pour les Parisiens de se baigner dans la Seine, dans la foulée des épreuves de triathlon qui se disputeraient au cœur de Paris, au pied de la Tour Eiffel, dans les eaux de la Seine, avec ce que cela implique en termes d’assainissement et de traitement de l’eau.”

La couleur verte devrait également être choisie comme teinte dominante par les designers du village olympique si Paris décrochait la timbale. Il serait “exemplaire en matière d’aménagement durable (mobilité, gestion des déchets, consommation énergétique…).” Une exemplarité qui devrait déteindre sur le village des médias, prévu au Bourget, non loin du site de la COP 21. L’équipe de Paris 2024 annonce la couleur: “A l’issue des Jeux, le site de Pleyel – Bords de Seine deviendra un quartier écologique de nouvelle génération de 3 500 logements dans un environnement paysager qualifié, qui irriguera le développement urbain de toute la Seine-Saint-Denis.” Belle formule.

Dans la même veine, le projet parisien fait le pari de réduire au maximum les déplacements des athlètes, donc par extension les émissions de CO2. Le secret? Un dispositif olympique où “84% des athlètes logeraient à 25 minutes ou moins de transport de leur site de compétition”. Impressionnant. Même si, soyons clair, il est permis de douter de la précision d’un tel chiffre à neuf ans d’un événement dont on ignore encore le programme.

Pour Tony Estanguet, cette journée du vendredi 3 décembre se présente sans répit. Le co-président du Paris 2024 doit également intervenir au cours du Sommet des villes sur le climat. Une autre conférence de la COP 21 où est attendue une forte délégation de maires venus du monde entier. Et surtout, invité personnel de François Hollande, Thomas Bach en personne, le président du CIO.