— Publié le 24 septembre 2015

Canada/France, le match de la Francophonie

Candidatures Focus

Hasard du calendrier. Au moment où l’équipe de France de rugby se prépare, du côté de Londres, à affronter le Canada pour son troisième match en Coupe du Monde de rugby, jeudi 1er octobre, un autre bras de fer se profile entre les deux nations. A plus long terme. Et, cette fois, avec trois adversaires. Le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) a communiqué la liste des trois candidats à l’édition 2021 de l’événement. L’un est français, la Guadeloupe, les deux autres canadiens, Sherbrooke et Moncton/Dieppe.

L’appel à candidatures avait été lancé le 1er février 2015. La Guadeloupe s’est rapidement positionnée. La Belgique a manifesté un temps son envie de se lancer, avant de renoncer. Au Canada, les projets ont vite émergé. Finalement, ils sont trois à postuler.

La Guadeloupe, une région monodépartementale de l’Outre-mer français, espère succéder à Nice, dernière ville française ayant organisé l’événement, en septembre 2013. Trop tôt? L’avenir répondra. Une chose est sûre: l’édition 2013 à Nice n’a pas laissé un grand souvenir parmi les participants, les délégations n’ayant pas caché leur déception quant aux conditions d’accueil et d’hébergement.

En face, les deux dossiers canadiens peuvent profiter de la règle, certes non écrite, de l’alternance géographique. Le Canada a reçu l’événement une seule fois depuis sa création en 1989. A Ottawa/Hull, en juillet 2001. S’il venait à l’emporter, le pays aurait attendu 20 ans avant de remettre le couvert. Un atout. A l’inverse, le Canada risque de souffrir de présenter deux candidatures distinctes: Sherbrooke, une ville du Québec située à 140 kilomètres de Montréal, et un projet commun Moncton/Dieppe, dans le Nouveau Brunswick.

Au Québec, l’annonce de la liste des finalistes a été largement commentée, mercredi 23 septembre. Le Premier ministre, Philippe Couillard, s’est “réjouit” de la décision du CIJF. “Je suis fier que le Québec soit parmi les finalistes pour la tenue des Jeux de la Francophonie de 2021. En soumettant la candidature de la ville de Sherbrooke, le gouvernement du Québec confirme son engagement profond au sein de la Francophonie”, a déclaré le Premier ministre.

Selon la presse canadienne, le Québec aurait déjà prévu un investissement de 9 millions de dollars (environ 6 millions d’euros) sur 6 ans. La moitié de la somme irait au budget de fonctionnement des compétitions, l’autre à la mise aux normes des installations. Comme Sherbrooke a accueilli les Jeux du Canada en 2013, une bonne partie des infrastructures nécessaires sont déjà en place.

“Les dossiers de candidature seront, dans un premier temps, examinés par un groupe de cinq experts désignés par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), puis ces experts effectueront une visite au niveau des Etats et gouvernements candidats afin d’évaluer la justesse des informations renseignées et la qualité du projet, a fait savoir le CIJF dans un communiqué. Ces visites sont prévues pendant la première quinzaine du mois de novembre 2015.”

Le grand oral et l’audition des États et gouvernements candidats auront lieu le 1er mars 2016 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pays hôte des VIIIes Jeux de la Francophonie en 2017. La désignation du vainqueur devrait intervenir au cours de l’automne 2016.