— Publié le 15 septembre 2015

Pour les Jeux de 2024, Toronto dit “No”

Candidatures Focus

Fin du suspense, des bruits de couloir et des supputations. Toronto ne postulera pas à l’organisation des Jeux d’été en 2024. Le maire de la ville canadienne, John Tory, doit l’annoncer de façon très officielle ce mardi 15 septembre lors d’une conférence de presse. Mais sa décision est déjà connue. Les médias canadiens ont précédé l’annonce dès lundi soir. Associated Press a elle aussi devancé le maire, assurant que le projet olympique était mort et enterré, citant pour cela une source anonyme mais proche du dossier.

Hier encore, John Tory laissait planer le doute. Le maire de Toronto assurait “réfléchir” avant de prendre sa décision. Il expliquait vouloir aller jusqu’au bout du délai imparti. Sur ce point, il a tenu parole. L’annonce de sa décision va intervenir quelques heures seulement avant la date et l’heure limite pour l’envoi au CIO des lettres d’intention, fixées ce mardi à minuit.

Pour le Toronto Star, l’un des quotidiens locaux, le renoncement de John Tory aurait des raisons multiples. Il s’expliquerait tout à la fois par “le manque d’enthousiasme des entreprises” et, peut-être plus encore, par l’absence d’un “soutien ferme de la province” de l’Ontario. Les élus locaux, et certains des politiciens de l’Ontario, auraient manifesté leur réticence à s’engager en faveur d’une candidature dont le coût a été estimé à 60 millions de dollars.

La Première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, n’a pas été la dernière à tirer la sonnette d’alarme. En début de semaine, elle avait prévenu John Tory que la province ne réglerait pas l’addition en cas de dépassement budgétaire. “L’Ontario ne va pas aller de l’avant seule et être redevable de tous les coûts, avait-t-elle insisté. Nous avons besoin de connaître les engagements du gouvernement fédéral et des financements privés.”

Dans le même temps, les sondages d’opinion ont dégringolé au cours des derniers jours. En raison, sans doute, des atermoiements de la mairie. Le dernier en date, publié lundi au Canada, révélait qu’un habitant de Toronto sur deux était désormais opposé à la candidature. Seulement 50% ds personnes interrogées se déclaraient toujours favorable au projet, un chiffre en baisse de 8 points sur un enquête précédente.

Au Canada, l’option Toronto 2024 à peine éteinte, les regards se tournent déjà vers les Jeux d’hiver en 2026. Lundi, la presse nationale avançait que le comité olympique canadien et son président, Marcel Aubut, se consoleraient certainement en postulant à leur organisation. Mais il restera à déterminer quelle ville sera choisie, entre Calgary, hôte des JO d’hiver en 1988, et Québec City. Pour le National Post, il ne fait aucun doute que Marcel Aubut mettra tout son pouvoir et son influence pour faire pencher la balance du côté de Québec. Le président du comité national olympique aurait expliqué, dans une interview au mois de juillet dernier, qu’il avait conservé un souvenir très fort des Jeux de Lillehammer en 1994. “Et je ne vois qu’un seul endroit au Canada où nous pourrions recréer une telle atmosphère: la ville de Québec”, a-t-il suggéré. Une bataille est terminée, une autre va bientôt commencer.