— Publié le 3 septembre 2015

“Nous voulons organiser les Jeux les plus sexy”

Candidatures Focus

Les Américains se sont longtemps perdus en route, dans la course aux Jeux d’été en 2024. Mais, depuis la décision de leur comité national olympique, l’USOC, de jouer la carte de Los Angeles, ils foncent ventre à terre. Mardi 1er septembre, le maire de la ville californienne, Eric Garcetti, a annoncé officiellement que L.A postulait aux JO d’été. Dès le lendemain, il prenait le chemin de Lausanne, accompagné par Casey Wasserman, le président de Los Angeles 2024, Larry Probst, le patron de l’USOC, et Scott Blackmun, son directeur exécutif, pour rendre visite au CIO. Une visite d’une heure qui s’est tenue ce jeudi matin au siège de l’institution olympique. La délégation américaine l’a conclue, avant de reprendre l’avion du retour, en répondant aux questions de quelques médias. Extraits.

FrancsJeux: Pourquoi avez-vous décidé de vous rendre aussi rapidement à Lausanne, au siège du CIO, au lendemain même de l’annonce de la candidature de Los Angeles?

Eric Garcetti, maire de Los Angeles: Il était très important pour nous de montrer au CIO l’enthousiasme que nous inspire la candidature de Los Angeles aux Jeux de 2024. Ces deux dernières semaines, nous avons dû nous concentrer sur des questions concernant Los Angeles et les Etats-Unis. Maintenant, nous devons rencontrer les gens du CIO. Au final, une candidature olympique reste une affaire de relations personnelles.  Nous aurions pu communiquer avec le CIO par téléphone, mais nous avons préféré le faire en face à face.

Comment s’est déroulée cette visite au CIO?

Eric Garcetti: Parfaitement bien. Nous avons d’abord eu un entretien d’une demi-heure avec Thomas Bach, en privé, dans son bureau. Puis nous avons rejoint une salle plus vaste, pour une réunion d’une trentaine de minutes avec Gilles de Kepper (le directeur général du CIO), Christophe Dubi (le directeur des Jeux olympiques), et Jacqueline Barrett (responsable des relations avec les villes candidates). Thomas Bach nous a remerciés, les uns et les autres, pour avoir déposé une candidature américaine.

Cette première visite au CIO a-t-elle été l’occasion d’aborder déjà des questions très spécifiques sur le projet de Los Angeles?

Larry Probst, président de l’USOC: Non. La discussion est restée très générale.

La question du coût des Jeux a été un obstacle pour certaines des précédentes candidatures américaines,  notamment New York 2012 et Chicago 2016. Constitue-t-elle encore un problème?

Eric Garcetti: La candidature de Los Angeles pour les Jeux de 2024 va se distinguer des projets américains passés. Sur la question des coûts, nous avons déjà beaucoup travaillé, l’an passé, au moment où nous préparions notre dossier pour être choisi par l’USOC. Dans notre projet, 85% des sites de compétition existent déjà où seront construits dans tous les cas. A Los Angeles, les Jeux olympiques sont notre ADN, nous avons l’olympisme dans le sang. En 1984, les JO ont laissé un bénéficie de 200 millions de dollars qui a profité aux habitants. Pour 2024, nous avons l’ambition de laisser à la ville un héritage comparable.

Quel sera le budget de la candidature?

Eric Garcetti: Nous partons sur un budget de 35 millions de dollars.

Comment comptez-vous convaincre les membres du CIO que Los Angeles constitue la meilleure option pour les Jeux, alors que vous leur avez d’abord proposé Boston comme le premier choix des Etats-Unis?

Scott Blackmun, directeur exécutif de l’USOC: Nous n’avons pas emprunté la route la plus droite, c’est certain. Mais nous proposons aujourd’hui au CIO un projet très excitant, un dossier neuf. Los Angeles peut organiser des Jeux dont le coût serait contrôlé, des Jeux qui respecteront l’environnement et laisseront un héritage. Quand le moment sera venu pour les membres du CIO de comparer Los Angeles avec les autres villes candidates, l’épisode de Boston aura été oublié.

Los Angeles est connue pour sa passion du sport, mais aussi pour ses célébrités. Envisagez-vous d’en impliquer certaines dans votre campagne de candidature?

Eric Garcetti: Bien sûr. Un grand nombre de grandes figures du sport réside à Los Angeles. Nous allons les faire participer à notre campagne. Janet Evans en sera, Earvin “Magic” Johnson aussi. A Los Angeles, les Jeux ne seront pas seulement les plus durables, ils seront aussi les plus sexy.