— Publié le 8 janvier 2015

Pour Paris 2024, prochain arrêt le 12 février

Candidatures Focus

Paris se lancera-t-elle dans la course aux Jeux d’été de 2024? La réponse n’est pas pour aujourd’hui. Demain non plus. Mais une date a été divulguée ce jeudi soir, qui pourrait lever un coin du voile. Denis Masseglia, le président du CNOSF, l’a annoncé à l’occasion de ses vœux: le Comité français du sport international (CFSI) présentera les conclusions de son étude d’opportunité, entamée au début de l’été dernier, jeudi 12 février 2015. La présentation sera menée par Bernard Lapasset, le patron du CFSI. Et sera faite aux décideurs du projet, à savoir l’Etat, la région Ile-de-France, la ville de Paris et le CNOSF.

Précision importante: la présentation de cette étude d’opportunité de la candidature française se fera dans les locaux de l’Hôtel de Ville de Paris. “A la demande d’Anne Hidalgo, la maire de la capitale”, a assuré Bernard Lapasset. Un signe fort. “La preuve de son engagement auprès du mouvement sportif français et de son attachement à la candidature”, analyse le patron du CFSI. Surtout, la marque d’un virage à 180° opéré par la maire de Paris. Anne Hidalgo n’a jamais fait mystère de ses doutes quant à l’opportunité de se lancer dans une telle aventure. Elle aurait changé d’avis. “Nous nous sommes rencontrés à trois reprises” au cours des derniers mois, explique Bernard Lapasset. Une série de réunions qui aurait contribué à lever ses réticences.

A un peu plus d’un mois de la date fatidique, Bernard Lapasset et Denis Masseglia se refusent à dévoiler le moindre indice quant au contenu de l’étude et de ses conclusions. “Elle est extrêmement structurée”, glisse le premier. Tout juste laisse-t-il entendre que le dispositif des sites compte plusieurs “clusters”, dont certains pourraient se situer en dehors du Grand Paris. “Nous avons quelques raisons d’être confiants”, avance le second, convaincu que le nouvelle donne du CIO, contenu dans l’Agenda 2020, conforte la démarche entreprise par les porteurs du projet français. Bernard Lapasset explique: “Le vote de l’Agenda 2020 par le CIO, en décembre dernier à Monaco, n’a pas modifié les travaux que nous menons dans le cadre de cette étude d’opportunité. Nous étions déjà parfaitement en phase avec ses résolutions.”

La suite? Elle pourrait être rapide. Bernard Lapasset et Denis Masseglia s’accordent à penser que le feu vert des décideurs pourrait intervenir dans les 10 jours suivants la présentation de l’étude. “On nous dira alors stop ou encore”, suggèrent les deux hommes. En cas de décision favorable, hypothèse hautement probable à ce stade du processus, le mouvement sportif français disposera de quatre mois pour convaincre l’opinion publique, organiser une gouvernance à la candidature, se choisir un ou plusieurs porteurs du dossier et trouver un financement à la campagne. Un financement qui sera participatif, insistent l’un et l’autre.

Avec un tel calendrier, Paris pourrait être la dernière des grandes villes en lice à se déclarer, longtemps après les projets allemand, italien et américain. “Mais ce ne sera pas un problème, assure Denis Masseglia. Nous ne sommes pas en retard. Nous prenons seulement le temps qu’il faut pour répondre aux deux questions sur cette candidature: pourquoi et comment.”