— Publié le 17 décembre 2014

L’Amérique se déclare… mais hésite encore

Candidatures Focus

Et de trois. Après l’Allemagne le mois dernier, puis l’Italie lundi, les Etats-Unis ont annoncé mardi 16 décembre qu’ils seraient candidats pour les Jeux d’été en 2024. Une annonce faite depuis San Francisco, où le comité olympique américain (USOC) était réuni depuis le début de la matinée pour auditionner les villes candidates. Mais, sans surprise, l’USOC a choisi de se donner encore un peu de temps pour décider laquelle des villes candidates sera désignée pour se lancer dans la bataille, entre Boston, Los Angeles, San Francisco et Washington DC.

“Nous allons prendre notre temps et choisir la ville qui à notre avis aura la meilleure chance de gagner contre les autres villes candidates à travers le monde”, a sobrement déclaré le président de l’USOC, Larry Probst, par ailleurs membre du CIO. En précisant toutefois que le choix de l’élue serait fait avant la fin du mois de janvier 2015.

Scott Blackmun, le directeur exécutif de l’USOC, a ajouté en se frottant les mains: “Nous avons beaucoup de chance de pouvoir compter sur quatre villes de cette importance. Elles ont toutes de vrais atouts. Nous allons devoir discuter du pour et du contre de chacun de ces dossiers.” Une discussion qui n’en est pas à ses débuts. Le comité olympique a déjà effectué plusieurs visites dans les quatre villes postulantes. Leurs dossiers respectifs ont été étudiés dans le détail depuis plusieurs mois. Mais il semble que l’USOC ne parvienne pas encore à se décider.

Los Angeles, où le plus gros des installations olympiques existe déjà, héritées pour l’essentiel des Jeux d’été en 1984, a souvent été annoncée favorite. Mais selon le site canadien, GamesBid, Boston aurait aujourd’hui le plus de chances de l’emporter (26%), devant Washington (22%), Los Angeles (21%) et San Francisco (17%). Dans tous les cas, les équipes de candidature estiment le coûts des Jeux entre 4 et 5 milliards de dollars, sans compter les dépenses d’infrastructures.

A la question des éléments décisifs dans le choix de l’USOC, Larry Probst s’est montré plutôt vague. “Un ensemble de facteurs”, a-t-il répondu. Avant de se faire un peu plus précis: “Le leadership de la candidature, le soutien sur lequel peut compter le projet localement… Et, bien sûr, la qualité du dispositif des sites olympiques.”

L’annonce de l’USOC est tout sauf une surprise. Elle était attendue. Les Américains n’ont jamais fait mystère de leur intention de se lancer dans l’aventure pour 2024. Leur comité olympique a laissé passer la session du CIO consacrée au vote de l’Agenda 2020 avant de se déclarer. Par pure “politesse”. Mais les résolutions de l’institution olympique, concernant notamment un assouplissement du processus de candidature, n’ont en rien modifié leur position. La candidature américaine était acquise longtemps avant que le CIO se penche sur son avenir.

Aux Etats-Unis, les experts du mouvement olympique s’accordent tous, depuis mardi soir, à placer le dossier américain en tête des favoris. “Avec le réveil de notre économie, le timing est parfait”, suggère un expert en marketing sportif, Bob Dorfman, cité par l’agence Reuters. Les Américains feront la course en tête. Mais eux aussi le savent, rien n’est jamais joué d’avance dans une course aux Jeux olympiques.

Photo : USOC via Twitter