— Publié le 24 novembre 2014

A Rio, les mascottes devront rapporter gros

Événements Focus

L’heure des mascottes est arrivée à Rio de Janeiro. A 621 jours du début des Jeux olympiques de 2016, et 654 jours de l’ouverture des Jeux paralympiques, les organisateurs brésiliens ont révélé dans la soirée du dimanche 23 novembre leurs deux mascottes officielles. Deux personnages encore dans l’attente d’un nom, mais déjà porteurs d’objectifs très ambitieux en termes de retombées économiques.

La mascotte des Jeux olympiques représente un animal à l’allure incertaine, censé posséder “des supers pouvoirs”, selon le comité d’organisation. Il aurait l’agilité du chat, l’équilibre du singe et la grâce de l’oiseau. Il pourrait même, dit-on, étendre ses bras et ses jambes aussi loi qu’il le souhaiterait. Toujours utile aux Jeux olympiques.

Pour les Jeux paralympiques, les Brésiliens ont imaginé une mascotte bleue surmontée d’un épaisse coiffe de feuilles. Un personnage choisi pour symboliser la richesse et la variété des plantes de la forêt amazonienne.

L’une et l’autre ont été imaginées et dessinées avec l’ambition d’incarner toute la joie du peuple brésilien au moment de l’annonce par le CIO de l’attribution à Rio de Janeiro des Jeux d’été de 2016.  Les deux mascottes n’ont pas encore de nom. Un sondage national, organisé auprès du public brésilien, doit décider de leur identité finale, à choisir entre trois binômes: Oba et Eba, Tiba Tuque et Esquindim, Vinicius et Tom. Le résultat des votes sera annoncé le 14 décembre 2014.

Reste l’essentiel: réussir à transformer ces deux personnages de dessins animés en véritables tiroirs-caisses. Les organisateurs brésiliens n’en font pas mystère, les mascottes devront faire fonctionner la planche à billets et rapporter au moins 1 milliard de réals, la monnaie brésilienne, soit environ 320 millions d’euros.

Pour cela, le “plan merchandising” du comité d’organisation va déployer les grands moyens. Le catalogue de produits officiels devrait compter 12 000 articles. Surtout, il est prévu de “transformer ces deux mascottes en personnages animés”, explique la responsable des produits dérivés, Sylmara Multini. Un partenariat serait sur le point d’être signé pour la production d’une série télévisée, diffusée sur une chaîne brésilienne pendant les douze derniers mois avant les Jeux. Les deux mascottes devraient également être déclinées à l’infini sur des applications et des jeux.