— Publié le 18 novembre 2014

“En octobre, il fera beaucoup moins chaud qu’en mai”

Candidatures Focus

Trois villes sont en course pour l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en plein air en 2019: Barcelone (Espagne), Doha (Qatar) et Eugene (Etats-Unis). Trois continents. Et, en filigrane, trois approches différentes de l’athlétisme. Laquelle décrochera le pompon? Le Conseil de l’IAAF tranchera ce mardi 18 novembre, à Monaco, au terme de la présentation des trois candidatures. Une décision attendue en tout début d’après-midi, autour de 13 h 30. Recalée pour l’édition 2017, où l’IAAF lui avait préféré Londres, Doha est annoncée favorite. Dahlan Al Hamad, le président de la Fédération d’athlétisme du Qatar, patron du dossier Doha 2019, en explique le contexte et les perspectives.

FrancsJeux: A quelques heures de la décision, comment se présente le dossier de Doha 2019?

Dahlan Al Hamad: Ces championnats du monde, nous en rêvons depuis longtemps. Nous avons attendu plusieurs années, mais là nous sommes prêts. Nous possédons aujourd’hui l’expérience pour organiser un tel événement, une expérience acquise notamment grâce aux championnats du monde en salle, en 2010. Nous travaillons avec l’IAAF depuis 1997. Le temps est venu pour le Moyen-Orient de recevoir les championnats du monde.

Quelles leçons avez-vous tirées de votre échec dans la course aux Mondiaux 2017?

Nous avons surtout cherché, cette fois, à mieux coller au calendrier international. Nous avons étudié en détail le programme des fédérations internationales afin de placer notre projet au meilleur moment de la saison.

La question des conditions climatiques revient éternellement dans toutes les candidatures des pays du Golfe. En cas de succès, à quelle période de l’année organiseriez-vous les Mondiaux en plein air?

Le Congrès de l’IAAF se déroulerait à partir du 27 septembre. Les championnats du monde commenceraient le 1er octobre. A cette période de l’année, les températures moyennes se situent autour de 34/35°. Et il fait encore dans les 30° pendant la soirée. Mais il fait nettement moins chaud en octobre qu’au mois de mai, lorsque se tient tous les ans l’étape de la Diamond League de Doha.

Les rumeurs de corruption qui ont entouré l’attribution au Qatar du Mondial de football 2022 peuvent-elles avoir un effet négatif sur votre candidature?

Je veux d’abord rappeler que la FIFA a récemment assuré que tout avait été clair dans le dossier de candidature du Qatar pour la Coupe du Monde de football. Et nous en sommes très heureux car notre pays peut se concentrer maintenant totalement sur la préparation de l’événement. Concernant les Mondiaux d’athlétisme, nous suivons scrupuleusement les règles de l’IAAF. Et nous avons bâti un dossier de candidature qui respecte ses attentes, notamment en termes de budget. Nous ne voulons exagérer aucune dépense, comme le souhaite l’IAAF.

La candidature de Doha pour les Mondiaux 2019 en prépare-t-elle une autre, plus vaste, pour les Jeux d’été de 2024?

Cette question intéresse beaucoup de monde, mais tout ce que je peux vous dire est que nous nous concentrons sur ces Mondiaux d’athlétisme. Nous voulons les gagner. C’est notre priorité.