— Publié le 2 septembre 2014

Berlin et Hambourg jouent la carte du low-cost

Candidatures Focus

Faut-il y voir l’influence de Thomas Bach, le nouveau président du CIO, adversaire déclaré du gigantisme olympique? Berlin et Hambourg, les deux villes en lice pour une possible candidature allemande aux Jeux d’été, ont rendu leur copie avant la date limite du 1er septembre, fixée par le Comité olympique germanique (DOSB). Et leur deux projets, différents dans les détails, se ressemblent comme deux frères. Avec une idée fixe: construire petit pour dépenser peu.

Berlin, la seule des deux villes ayant déjà un passé olympique, propose un concept de Jeux résolument urbains. Son dossier prévoit un événement organisé aux coeur de la ville, très compact, avec un minimum de sites à construire. Les Berlinois prévoient le parc olympique à l’emplacement de l’aéroport international de Tegel, situé à une quinzaine de minutes de voiture du centre-ville. Ils envisagent également de rénover, pour l’athlétisme et les cérémonies, le vieux stade olympique, utilisé pour les Jeux d’été en 1936.

Une même tendance au low-cost se dégage du projet préparé par Hambourg. Le coeur du dispositif serait situé dans la zone de Kleiner Gasbrook, une île posée à seulement une dizaine de minutes de marche du centre. Elle abriterait notamment le village des athlètes, un complexe d’habitations qui serait ensuite recyclées en logements. Le stade principal, pour l’athlétisme, serait construit pour l’occasion, mais il serait largement réduit une fois les Jeux passés, sa capacité étant alors limitée à seulement 20 000 places.

Avec ces deux dossiers, l’Allemagne peut sans doute se mêler à la bataille pour l’organisation des Jeux, avec Paris, une ville américaine, Istanbul, voire Rome et Durban. Mais les Allemands, comme les Français, doivent avant tout décider s’ils se lancent dans la course. Et pour quelle échéance. Le Comité olympique allemand a annoncé vouloir prendre sa décision le 6 décembre 2014, une date assez curieuse puisque située seulement deux jours avant le début de la session extraordinaire du CIO, à Monaco, où doivent être discutées et votées les propositions de l’agenda 2020.

Reste à savoir si le dossier allemand, Berlin ou Hambourg, serait proposé pour les Jeux de 2024 ou laissé au chaud pour ceux de 2028.