— Publié le 19 août 2014

“La Turquie est prête à accueillir les Jeux d’été”

Candidatures Focus

Les Turcs semblent peu goûter à l’effet de surprise. Moins de 12 mois après avoir été devancés par Tokyo dans la course aux Jeux d’été de 2020, ils ont presque déjà levé le voile sur une nouvelle candidature olympique. Présent à Nankin à l’occasion des Jeux olympiques de la Jeunesse 2014, Ugur Erdener, le président du Comité national olympique turc, l’a avoué devant une poignée de journalistes étrangers: “La décision n’est pas encore tout à fait prise, mais je peux vous assurer que la Turquie et Istanbul sont prêts à accueillir les Jeux d’été.”

Leur nouvel échec dans la bataille olympique, le cinquième pour Istanbul, n’a pas découragé les Turcs. Ugur Erdener l’a assuré sans laisser le doute se glisser dans ses propos: “A la différence de ce qui se passe actuellement dans certains pays, la Turquie se montre totalement favorable à l’idée d’organiser les Jeux olympiques. La population est favorable. Et les autorités politiques le sont également. Nous sommes prêts à les accueillir. Istanbul est prête. Il n’existe pas dans notre pays de sentiment négatif à l’égard des Jeux. ”

Sauf catastrophe, la Turquie se lancera donc prochainement dans la course aux JO d’été de 2024. Ugur Erdener l’a précisé: “Une décision devrait être prise avant la fin de l’année 2014. Nous devons en discuter tous ensemble, le Comité national olympique et le gouvernement. Mais le sport reste notre priorité. En Turquie, actuellement, toutes les fédérations sportives veulent accueillir le plus grand événement possible dans leur discipline.”

Depuis sa dernière candidature olympique, le Comité olympique turc (TOC) a enregistré la signature de deux nouveaux partenaires: Koç Holding, l’un des plus importants groupes turcs, et Samsung. Il a également décroché un contrat avec P&G pour une opération dirigée vers les mères de champions. “Avec les Jeux de la Jeunesse, événement où nous avons envoyé 42 athlètes, nos dépenses augmentent, mais nos recettes aussi, suggère Ugur Erdener. Nos moyens sont aujourd’hui suffisants.”

Sa prochaine probable candidature olympique, la Turquie se garde bien d’en dévoiler trop tôt les contours. “Nous allons attendre les conclusions de l’Agenda 2020, précise Ugur Erdener, par ailleurs président de la Fédération internationale de tir à l’arc et membre de la Commission exécutive du CIO. Mais nous possédons aujourd’hui une équipe très expérimentée.” Une équipe qui a, jusque-là, seulement connu l’échec. Mais refuse la loi des séries.