— Publié le 21 juillet 2014

Le CIO prend de la hauteur pour préparer l’avenir

Institutions Focus

Thomas Bach avait promis du changement. Le président du CIO peut se frotter les mains: le changement en question est pour bientôt. Et il devrait être d’importance. Le dirigeant allemand a réuni autour de lui, samedi 19 juillet à Lausanne, la fine fleur des “décideurs” du mouvement olympique, une garde rapprochée de quinze personnes (1) appelées à discuter de l’avenir des Jeux. La réunion avait été baptisée “Sommet olympique”, rien de moins. Ses participants se sont rangés comme un seul homme derrière leur président, approuvant sans réserve les grandes lignes de l’Agenda 2020, ce vaste plan de réformes du mouvement olympique.

Dans le détail, le “Sommet” de Lausanne, premier du genre, a accouché de trois résolutions majeures:

Une nouvelle procédure pour les candidatures aux Jeux. Les retraits successifs de Munich, Stockholm et Cracovie dans la course aux Jeux d’hiver de 2022 n’a pas laissé le CIO sans réaction. Thomas Bach et ses pairs vont proposer à l’Assemblée générale du CIO, qui doit être réunie de façon extraordinaire en décembre à Monaco, d’assouplir le processus de candidature. Rien de très concret n’a encore été dévoilé, mais les participants au “Sommet” de Lausanne sont tombés d’accord pour inciter les villes candidates à se concentrer sur l’héritage des Jeux, ainsi que sur l’environnement économique et social de leur dossier. En clair, il est recommandé aux postulants de peaufiner leur vision de l’après-Jeux, en mettant en avant dans leur dossier la façon dont l’événement olympique pourra transformer une région et le quotidien de ses habitants.

Une approche nouvelle du programme des Jeux. Pas question pour le CIO d’augmenter la taille des Jeux. Le nombre d’athlètes ne bougera pas. En revanche, Thomas Bach semble résolu à rajeunir le programme des compétitions. Pour y parvenir, le CIO souhaite passer d’un programme construit autour des sports à une formule plus orientée vers les événements. La nuance n’est pas évidente, mais l’idée semble être de raisonner en termes de disciplines, afin de laisser entrer quelques nouvelles têtes (squash, karaté, baseball/softball…), sans devoir en couper de plus traditionnelles. Plus question de répéter l’erreur de l’exclusion temporaire de la lutte. Le CIO se réserve la possibilité de tailler dans le gras de certains sports aux très nombreuses disciplines (natation? gymnastique? athlétisme?), pour donner leurs chances à des épreuves plus modernes.

Création d’une chaîne olympique. Le vieux serpent de mer remonte à la surface. Mais, cette fois, le projet de création d’une chaîne de télévision olympique, propriété du CIO, semble solide et crédible. Les participants au “Sommet” de Lausanne l’ont approuvé. A l’organisation olympique d’en définir maintenant le cadre, le contenu et le fonctionnement.

Un autre sommet du même genre est annoncé pour septembre 2014. Ses conclusions, comme celles de la réunion du 19 juillet, vont être présentées pour discussion aux différentes commissions du CIO. La commission exécutive se saisira ensuite du dossier Agenda 2020 lors de sa réunion du mois d’octobre. Il sera ensuite demandé à l’Assemblée générale du CIO, réunie les 8 et 9 décembre 2014 à Monaco, de voter pour ou contre cet imposant train de réformes.

(1) Le “Sommet” olympique de Lausanne a réuni, samedi 19 juillet, les personnalités suivantes: Thomas Bach, président du CIO, Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, président de l’ACNO, Claudia Bokel, présidente de la commission des athlètes, John Coates, vice-président du CIO, Bruno Grandi, président de la Fédération internationale de gymnastique, Patrick Hickey, membre de  la commission exécutive, Gian-Franco Kasper, président de l’Association des fédérations internationales des sports d’hiver, Pen Kiu, président du Comité olympique chinois, Larry Probst III, président du Comité olympique américain, Julio César Maglione, président de la Fédération internationale de natation, Craig Reedie, vice-président du CIO, Francesco Ricci Bitti, président de l’Association des fédérations internationales des sports d’été, Marius Vizer, président de SportAccord, Ching-Kuo Wu, membre de la commission exécutive, Alexander Zhukov, président du comité olympique russe, Zaiqing Yu, vice-président du CIO.