— Publié le 28 mai 2014

Pour 2024, New York jette déjà l’éponge

Candidatures Focus

Une de moins. Et pas la moindre. New York ne fait plus partie de la liste des villes américaines en course pour les Jeux d’été de 2024. Le maire de Big Apple, Bill de Blasio, a rejeté l’idée d’une candidature olympique. Il se retire de la bataille alors que le comité olympique américain (USOC) doit réduire très prochainement à deux ou trois le nombre de villes encore en concurrence pour représenter les Etats-Unis lors dans la course aux JO.

Selon Alicia Glen, l’adjointe au maire chargée du logement et du développement économique, citée par le Wall Street Journal, une candidature new-yorkaise n’aurait “aucun sens.” L’administration municipale estime que les Jeux ne serviraient pas à renforcer la notoriété de la ville, déjà planétaire, ni à muscler son attrait touristique. L’an passé, New York a attiré plus de 54 millions de touristes, venus des cinq continents.

En début de mois, Bill de Blasio avait pourtant fait savoir qu’il étudiait avec une grande attention la possibilité de se lancer dans la bataille. Le maire de New York avait avoué se pencher sur une proposition de candidature formulée par Dan Doctoroff, l’ancien patron de la chaîne Bloomberg, à la tête des tentatives infructueuses de la ville pour les Jeux de 2008 et 2012. Une proposition qui aurait été soutenue par Andrew Cuomo, le gouverneur de l’état.

Mais, pour avoir pesé le pour et le contre, Bill de Blasio a décidé de jeter l’éponge. Selon Alicia Glen, un projet olympique risquerait de détourner l’administration municipale de ses premières ambitions, à savoir un développement économique dans les secteurs de la ville qui en ont le plus besoin. “En postulant pour les Jeux, le risque serait grand de déployer nos efforts et nos moyens vers une seule direction, celle choisie pour un événement de 17 jours.”

Le retrait de New York fait les affaires des deux villes désignées favorites dans la course à “l’investiture” américaine, Los Angeles et San Francisco. La première présente l’avantage de posséder déjà un grand nombre de sites olympiques, utilisés pour les Jeux d’été de 1984. La seconde constitue, dit-on, le premier choix de Larry Probst, le président de l’USOC. Dans les deux cas, la ville candidate serait californienne.

Photo: Wikimedia