— Publié le 19 mai 2014

L’AMA allonge sa liste et réprimande l’Espagne

Institutions Focus

Est-ce un effet Craig Reedie? Désormais présidée par le dirigeant écossais, l’Agence mondiale antidopage (AMA) veut accélérer nettement l’allure. Réunie à Montréal en “Conseil de fondation”, l’institution internationale a ajouté deux nouveaux produits à sa longue liste des substances interdites. Et désigné l’Espagne comme l’un des cancres de la lutte contre le dopage.

On s’y attendait depuis la fin des derniers Jeux d’hiver, le xénon et l’argon sont désormais interdits. Ces deux gaz vont être assimilés à des agents stimulants comme l’érythropoïétine. Selon plusieurs médias, le premier d’entre eux aurait été massivement utilisé par les athlètes russes avant et pendant les JO de Sotchi. Il expliquerait même en partie la réussite de l’équipe de Russie à domicile. A l’époque, le xénon n’était pas considéré comme un dopant. L’AMA a corrigé le tir, avec effet quasi immédiat.

“La question n’était pas de savoir s’il fallait l’interdire, mais quand, a précisé Craig Reedie. A l’unanimité, le comité exécutif a décidé de l’interdire maintenant”. Un délai de 90 jours sera appliqué pour permettre aux gouvernements et organisations de mettre à jour leurs règlements. Xénon et argon seront donc interdits dès la fin août 2014.

Autre décision, la mise à jour prochaine du “Guide de l’athlète”, où seront consignées les nouvelles directives du code mondial antidopage. Il se voudra plus clair, plus facile à comprendre pour les athlètes. Une version électronique leur sera prochainement proposée.

Ce nouveau code a été approuvé au niveau mondial l’an passé à Johannesburg. Il doit entrer en vigueur en début d’année 2015. Plus question de traîner en route, donc, pour Craig Reedie et pour les membres du comité exécutif de l’AMA, dont le Français Tony Estanguet, représentant du CIO au sein de l’organisation. Le message est clair et l’intention avouée: s’organiser au plus vite pour être prêt en fin d’année.

Depuis Montréal, l’AMA a également tiré l’oreille du sport espagnol. En le nommant . Et sans prendre de pincettes. L’Agence a très officiellement infligé un “avertissement” à l’Espagne pour sa lenteur et son laxisme dans l’affaire Puerto et le dopage organisé de plusieurs sportifs par le docteur Fuentes.

A l’évidence, l’AMA n’a pas apprécié de se voir refuser par la justice espagnole l’accès aux dizaines de poches de sang saisies en 2006 dans l’officine du Docteur Eufemiano Fuentes. Elle n’a pas non plus tellement goûté de devoir attendre un an les résultats de son appel de cette décision judiciaire. “L’absence de progrès dans cette affaire envoie un mauvais message au droit des athlètes propres à travers le monde”, a dit l’AMA en demandant aux autorités espagnoles de conclure au plus vite.

Les mauvais élèves de la lutte antidopage sont prévenus: l’AMA ne plaisante plus. Elle veut aller vite.