CIO - 10/01/2020

Neutralité à tous les étages

Les athlètes sont prévenus : il leur sera formellement interdit de manifester la moindre opinion politique, en juillet et août prochain, aux Jeux de Tokyo 2020. Le CIO a profité de la première réunion de l’année de sa commission des athlètes, jeudi 9 janvier à Lausanne, pour insister sur l’importance de la règle 50 de la Charte olympique. Dans la foulée, l’institution présidée par Thomas Bach a publié une série de directives destinées à « clarifier » les interdits et les sanctions en cas d’infraction au principe de neutralité. Il est ainsi précisé que les athlètes peuvent exprimer leurs opinions politiques dans les médias ou sur les médias sociaux. Mais il leur reste interdit de manifester une expression politique sur le terrain de compétition ou sur un podium, en mettant par exemple un genou à terre pendant l’hymne national. « Nous avions besoin de clarté et les athlètes voulaient que les règles soient claires », a expliqué Kirsty Coventry, le présidente de la commission des athlètes du CIO, jeudi 9 janvier en conférence de presse. En cas d’infraction de la règle 50 de la Charte olympique, les éventuels protestataires s’exposent à des sanctions du CIO, de leur fédération internationale et de leur comité national olympique. Dissuasif.

ActualitésVoir toutes les actualités