Haltérophilie - 07/01/2020

Le CIO prend acte et réagit

Le CIO n’a pas tardé à réagir après les révélations de la chaîne allemande ARD sur la culture du dopage et de la corruption à la Fédération internationale d’haltérophilie. Dans un communiqué publié lundi 5 janvier, l’institution olympique explique prendre « acte du contenu » de l’enquête. Elle juge les accusations « très graves et préoccupantes ». Mais, surtout, elle cherche à se dédouaner de la passivité dont elle aurait pu faire preuve dans cette affaire, comme certains dirigeants le suggèrent dans le documentaire. « Malheureusement, les auteurs du programme télévisé n’ont aucunement fait mention des remarques que le CIO leur a adressées », écrit l’institution basée à Lausanne. Le CIO précise : « Contrairement à ce que prétend ARD, le CIO n’est pas en possession de la plupart des documents sur lesquels le film est basé. » Pas question, pour autant, de rester sans réaction.  Le CIO annonce la création d’une commission disciplinaire afin que des mesures « immédiates » soient prises après « la confession de dopage de Rattikan Gulnoi », médaillée de bronze thaïlandaise aux Jeux de Londres 2012. Elle sera présidée par Denis Oswald. Le CIO précise également avoir reçu en 2010 une plainte à l’encontre du Hongrois Tamas Ajan, le président de l’IWF. Elle concernait « de prétendues irrégularités financières au sein de l’IWF ». L’affaire a été portée devant le TAS, lequel avait statué à l’époque que ni le CIO ni le TAS n’étaient compétents pour intervenir dans les comptes internes d’une fédération Internationale.

ActualitésVoir toutes les actualités