Dopage - 16/12/2019

Les Américains ne croient pas à la neutralité

Les Américains ne s’en cachent pas : aucune sanction ne sera assez lourde, à leurs yeux, pour punir la Russie de ses infractions aux règles antidopage. Après Travis Tygart, le directeur de l’agence américaine antidopage (USADA), toujours prompt à montrer le sport russe du doigt, le comité national olympique s’en mêle à son tour. Selon sa présidente, Susanne Lyons, le conseil d’administration de l’USOPC se dit très sceptique quant à la capacité des athlètes russes propres à prouver leur innocence. « Après une telle manipulation des données, nous ne voyons pas comment les athlètes russes propres pourront démontrer qu’ils n’ont jamais été impliqués dans une affaire de dopage, a-t-elle déclaré aux médias. A l’USOPC, il nous est très difficile d’imaginer comment la justice pourra être rendue, et comment la dissuasion pourra être efficace, si les athlètes russes ont le droit de concourir aux Jeux de Tokyo 2020 sous n’importe quel drapeau, neutre ou autre. » Suzanne Lyons n’est pas allée jusqu’à plaider pour une exclusion de tous les Russes, une décision qui ne revient pas à l’USOPC, mais ses propos ne suggèrent pas autre chose.

 

ActualitésVoir toutes les actualités