Événements - 09/03/2019

Pour Paris 2024, le CIO ferme la porte aux recalés

Fin de l’histoire. Les recalés de la liste des sports additionnels pour les Jeux de Paris 2024 peuvent tirer un trait sur leurs espoirs de forcer la porte du programme. Un trait définitif.

Le CIO a sonné avec autorité, vendredi 8 mars, la fin de la course. Kit McConnell, le directeur des sports de l’organisation olympique, a précisé à l’AFP les règles du jeu. Elles pouvaient sembler floues au début du processus. Elles ne le sont plus. « Une fois que le COJO a transmis sa proposition de sports additionnels, elle est définitive, a-t-il expliqué depuis Lausanne. Si la session approuve cette liste, les quatre sports seront admis provisoirement, dans l’attente de leur validation définitive en décembre 2020, au vu de l’expérience des JO de Tokyo. Le CIO ne peut pas non plus ajouter un 5ème sport, mais en revanche il a le pouvoir d’en retirer. »

Le message est clair. Il est directement adressé aux plus offensifs des recalés de la liste des quatre sports additionnels (escalade, skateboard, surf et breakdance) présentée le 21 février dernier par le COJO Paris 2024. En tête, le karaté, dont une délégation de dirigeants a demandé des comptes à l’équipe parisienne, mercredi 6 mars, à l’occasion d’une réunion au siège parisien du comité d’organisation.

Le liste des sports additionnels n’est donc pas définitive. Elle pourra être réduite, mais en aucun cas augmentée. Et il parait très peu probable que le CIO décide de retirer l’un des quatre sports choisis par Paris 2024 pour le remplacer par un autre plus à sa convenance.

Sur ce dossier, le CIO donne l’impression de décider des règles du jeu tout en avançant. Au comité d’organisation de décrypter le processus pour effectuer son choix sans s’écarter de la route. Aux sports candidats de deviner la meilleure stratégie.

Pour les Jeux de Tokyo 2020, le CIO avait laissé les Japonais choisir autant de sports qu’ils le souhaitaient, sans trop se préoccuper des quotas d’athlètes. Pour Paris, il s’est montré plus directif, imposant de rester dans la limite des 10 500 compétiteurs. Que fera-t-il pour Los Angeles 2028 ? Tout est possible.

Vendredi 8 mars, les quatre sports proposés par Paris 2024 ont passé sans encombre une première étape. Ils ont obtenu le feu vert de la commission du programme olympique, présidée par l’Italien Franco Carraro. On s’y attendait. Ils devront ensuite être adoubés par la commission exécutive, à l’occasion de sa prochaine réunion, prévue du 26 au 28 mars à Lausanne. Sauf immense surprise, ses membres la valideront sans faire durer le débat.

La commission exécutive soumettra ensuite « une recommandation » à la session du CIO, réunie fin juin 2019 à Lausanne. Encore une fois, l’obstacle s’annonce sans réel danger. Mais la décision définitive sera prise après les Jeux de Tokyo 2020, où le surf, l’escalade et le skateboard, déjà choisis comme sports additionnels, devront réussir leur examen de passage. La course n’est pas encore terminée. Mais on en connaît tous les acteurs.

ActualitésVoir toutes les actualités