Candidatures - 02/09/2018

Pour les Jeux en 2032, la course affiche déjà complet

Le CIO peut dormir d’un sommeil profond. Et Thomas Bach se frotter les mains. Les Jeux olympiques font encore saliver les grands de ce monde. Au moins dans leur version estivale.

Un nouveau nom vient de se rajouter à la liste, pourtant déjà bien fournie, des pays ouvertement intéressés à l’accueil des Jeux d’été en 2032. Encouragée par le succès des Jeux Asiatiques 2018, l’Indonésie lorgne dès maintenant sur l’événement olympique. Avec une échéance annoncée : l’édition 2032.

L’information n’a rien d’un bruit d’un couloir. Elle vient du sommet de l’Etat. Le président indonésien, Joko Widodo, l’a officialisé lui-même, pendant le week-end, au terme d’une entrevue à Jakarta (photo ci-dessus) avec Thomas Bach et Sheikh Ahmad al-Fahad al-Sabah, le président de l’Association des comités olympiques asiatiques (OCA).

« Avec notre expérience emmagasinée grâce à l’organisation de ces 18es Jeux Asiatiques, le pays a les capacités d’organiser un événement sportif de plus grande ampleur, a suggéré Joko Widodo. L’Indonésie va immédiatement s’inscrire comme candidate pour accueillir les Jeux olympiques de 2032. »

Difficile de faire plus direct. L’Indonésie ne se donne même pas le temps de dresser le bilan, notamment financier, des Jeux Asiatiques. Elle en veut plus, le plus vite possible. Les Jeux d’été, rien de moins.

Réaction enthousiaste de Thomas Bach : « Je veux féliciter le président (Widodo) pour le grand succès qu’ont été ces Jeux asiatiques, ce qui est très impressionnant. De ce fait le CIO est très sensible à la candidature de l’Indonésie pour les Jeux olympiques de 2032. L’Indonésie est en mouvement. La population est enthousiaste. C’est un pays très jeune. Cela le rend bien sûr très intéressant pour le CIO. »

Pour Thomas Bach, l’annonce du chef de l’Etat indonésien tombe au meilleur moment. Elle vient rappeler que, même si l’Europe peine à aller au bout des candidatures aux Jeux d’hiver, leur version estivale ne souffre pas des mêmes maux.

La course aux Jeux d’été en 2032 ne débutera pas avant au moins 5 ans, pour une élection de la ville-hôte prévue à la rentrée 2025. Mais les postulants piaffent d’impatience. Surtout, ils sont déjà en nombre.

L’Asie en sera. Elle s’y présentera même en force, avec au moins deux mastodontes, peut-être trois. Avec, par ordre d’entrée sur la scène, l’Inde, la Chine et l’Indonésie. Les Indiens ont parlé les premiers, assurant vouloir organiser les Jeux Asiatiques en 2030, puis les Jeux d’été deux ans plus tard. Ils en seraient à débattre déjà de la ville à présenter, entre New Dehli et Mumbai, voire une autre option.

Les Chinois n’ont encore rien exprimé très formellement, mais le sous-directeur des sports de la ville de Shanghai, Luo Wenhua, a révélé la semaine passée les projets de la mégalopole. Il a expliqué que Shanghai allait observer la façon dont Tokyo puis Paris s’en sortiraient avec leur événement respectif, pour éventuellement se lancer ensuite dans la course. A l’écouter, Shanghai caresse le projet de devenir une « ville sportive globale » à l’horizon 2025.

En Australie, le double vote 2024-2028 a été accueilli comme un coup bas, mais le pays a reporté son projet de 4 ans. A défaut des Jeux en 2028, le Queensland bosse sur un dossier à échéance 2032. Il semble solide.

En Europe, la Russie a rapidement embrayé après le succès du Mondial de football 2018 en laissant entendre que la prochaine étape pourrait être olympique. A ce stade, rien de très consistant, mais on imagine mal les Russes rester longtemps hors de la course.

Toujours en Europe, l’Allemagne a jeté les plans d’un projet très avant-gardiste, impliquant non plus une seule ville, mais une région toute entière. Il serait porté par le Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le land le plus peuplé et le plus riche du pays. Son dispositif partagerait les sites de compétitions entre 13 villes, dont Cologne, Bonn, Düsseldorf et Dortmund.

ActualitésVoir toutes les actualités