Candidatures - 01/08/2018

Pour Calgary 2026, une directrice avant un référendum

A Calgary, la candidature aux Jeux d’hiver 2026 se décline toujours au conditionnel. Ira ou ira pas, la question n’est pas encore tranchée. Mais le projet olympique continue d’avancer. Pour la seule journée du mardi 31 juillet, il s’est même offert un sérieux bond en avant.

Premier pas : la nomination d’un directeur général du comité de candidature. En l’occurrence, une directrice. Scott Hutcheson, le président de Calgary 2026, s’était mis en chasse de l’oiseau-rare depuis sa nomination. Il semble l’avoir trouvé avec Mary Moran (photo ci-dessus), la présidente et directrice exécutive du Calgary Economic Development.

Sa nomination a été annoncée mardi 31 juillet à l’occasion d’une conférence de presse au parc olympique, l’un des sites des Jeux d’hiver de Calgary en 1988. Elle débutera sa mission le 13 août prochain. Selon les leaders du projet, elle est la première femme à occuper le poste de directrice générale pour une candidature olympique canadienne.

Face à elle, un parcours à obstacles. Mary Moran l’a expliqué mardi: « À court terme, il faut engager un dialogue avec les habitants de Calgary, pour poser les questions plus difficiles et y répondre : le projet est-il rentable et correspond-il à nos valeurs et nos priorités aujourd’hui ? » Pas gagné d’avance.

Pour les convaincre, la nouvelle directrice du comité de candidature veut se servir de son expérience professionnelle. Elle veut parler chiffres. « Ma priorité sera de présenter des informations factuelles précises » avant le référendum sur le projet olympique. En clair, affiner un budget des Jeux d’hiver estimé actuellement à 4,6 milliards de dollars canadiens (3,02 milliards d’euros). Et, plus encore, démontrer aux contribuables que le coût de l’événement ne gonflerait en aucun cas leur feuille d’impôts.

« Je demanderai aux Calgariens d’être patients et d’attendre d’avoir des informations avant de s’opposer au projet », a suggéré Mary Moran. Dans le cas contraire, sa mission pourrait s’avérer de courte durée.

Autre avancée : un calendrier de la candidature désormais connu et publié. La prochaine étape : une réunion exceptionnelle du Conseil municipal, le 27 août. Elle sera entièrement dédiée à la candidature et aura pour objectif de faire le point sur le projet au sortir de l’été.

Deuxième réunion du Conseil municipal, lundi 10 septembre 2018. Elle est annoncée décisive. Les élus locaux seront rassemblés autour du maire, Naheed Nenshi, pour discuter une nouvelle fois de la candidature. Ils seront ensuite invités à se prononcer par vote. En cas de victoire du non, la candidature de Calgary aux Jeux d’hiver 2026 sera renvoyée dans les oubliettes de l’Histoire.

Dans le cas contraire, la population de Calgary et des communes concernées par le dispositif olympique se prononcera par référendum. Sa date a été fixée : il se déroulera mardi 13 novembre 2018.

Mardi 31 juillet, le Conseil municipal en a validé la procédure. Les électeurs seront consultés sur une question, une seule. Elle se veut d’une parfaite clarté : « Etes-vous pour, ou êtes-vous contre, Calgary comme ville-hôte des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver en 2026 ? » Il faudra cocher l’une des deux cases du bulletin, l’une pour le oui, l’autre pour le non. Élémentaire. Mais historiquement périlleux.

Selon la nouvelle procédure du CIO, les villes en lice devront déposer leur dossier de candidature en janvier 2019. Les membres de l’institution olympique se détermineront par vote lors de la session du mois de septembre 2019. Elle est prévue à Milan, mais pourrait être déplacée si la ville italienne figurait parmi les villes candidates.

ActualitésVoir toutes les actualités