Candidatures - 10/04/2018

Samsung aurait acheté des voix pour PyeongChang

L’affaire est sérieuse. Elle relance une nouvelle fois le débat sur l’intégrité du CIO et de ses membres. Moins de deux mois après la fin des Jeux d’hiver 2018, une enquête en Corée du Sud révèle des soupçons de corruption dans l’attribution de l’événement à la ville de PyeongChang.

Selon le site du groupe audiovisuel privé SBS (Seoul Broadcasting System), l’enquête de la justice sud-coréenne sur l’ancien président du pays, Lee Myung-bak, a permis de découvrir une liste de 27 membres du CIO qui auraient accepté de voter pour PyeongChang en échange de contrats de marketing ou d’accords de partenariat avec le géant électronique Samsung, partenaire du CIO dans le cadre du programme TOP.

Lee Myung-bak, président de la Corée du Sud entre 2008 et 2013, a été inculpé lundi 9 avril pour corruption, abus de pouvoir, détournements de fonds et évasion fiscale. Arrêté en mars dernier, il refuse toujours d’être entendu par la justice.

Pour rappel, PyeongChang a été élue par le CIO lors de la 123ème session, le 6 juillet 2011 à Durban. La ville coréenne l’avait emporté dès le 1er tour de scrutin, avec 63 voix, contre 25 à Munich et 7 à Annecy.

Selon SBS, la manœuvre aurait été organisée par Lee Kun-hee, l’actuel PDG de Samsung, et Papa Massata Diack, le fils de Lamine Diack, l’ex président de l’IAAF. Pas vraiment une surprise, les deux hommes ayant trempé l’un et l’autre dans des affaires de corruption. Le Sud-Coréen a été accusé en 2008 d’avoir tenté d’acheter des personnalités politiques et des magistrats, tout en mettant en place un subtil système d’évasion fiscale. Poussé à la démission, il a retrouvé deux ans plus tard son poste à la tête de Samsung. Précision: Lee Kun-hee était membre du CIO jusqu’à l’an passé.

Papa Massata Diack, de son côté, est suspendu à vie de l’IAAF par le Tribunal arbitral du sport. Accusé de corruption, fraude et blanchiment, il a été placé par Interpol sur la liste des personnes les plus recherchées après un mandat d’arrêt émis par la France. Le Sénégalais est soupçonné d’avoir joué les intermédiaires dans plusieurs campagnes olympiques, dont celle ayant conduit à la victoire de Rio de Janeiro pour les Jeux d’été en 2016.

SBS n’a pas eu accès à la liste des 27 membres du CIO, mais la chaîne sud-coréenne révèle que 12 d’entre eux seraient originaires d’Afrique. Selon le rapport de la justice coréenne, certains devaient voter pour PyeongChang dès le 1er tour, les autres avaient pour mission de donner leur voix à Annecy, avant de reporter leur suffrage au tour suivant sur la candidature asiatique.

Le CIO est pour l’instant resté silencieux dans cette nouvelle affaire de corruption.

ActualitésVoir toutes les actualités